26 Septembre 2019

L’Australie et la France accueilleront les Conférences mondiales de l’AMA sur l’éducation en 2020 et 2022

L’Agence mondiale antidopage (AMA) a le plaisir d’annoncer que, suite à un appel d’offres public, l’Australie et la France ont été sélectionnées comme pays hôtes des Conférences mondiales de l’AMA sur l’éducation 2020 et 2022, respectivement.

Suite au succès des Conférences sur l’éducation tenues par l’AMA en 2015 (à Ottawa, au Canada) et en 2018 (à Pékin, en Chine), les Conférences 2020 et 2022 réuniront des chercheurs et des intervenants du domaine de la lutte contre le dopage du monde entier pour examiner les nouvelles tendances, contribuer au développement de programmes d’éducation et réfléchir aux moyens pouvant être mis en œuvre par les organisations antidopage pour renforcer leurs programmes, en gardant les sportifs au centre de leurs stratégies.

« L’AMA est ravie que l’Australie et la France accueillent les deux prochaines éditions de sa Conférence mondiale sur l’éducation », a déclaré Amanda Hudson, directrice, Éducation, de l’AMA. « Les candidatures reçues de ces deux pays étaient d’une telle qualité que nous avons pu confirmer l’Australie comme hôte pour 2020 et la France comme hôte pour 2022. Nous sommes impatients de travailler avec le gouvernement australien, avec le soutien de l’Autorité antidopage d’Australie (ASADA), et l’Agence française de lutte contre le dopage (AFLD) au cours des prochaines années afin d’organiser des Conférences sur l’éducation de classe mondiale, qui nous aideront à renforcer les programmes d’éducation antidopage partout dans le monde. »

En attendant l’entrée en vigueur attendue du Standard international pour l’éducation en janvier 2021 – le développement le plus important en matière de politiques antidopage depuis l’entrée en vigueur du Programme mondial antidopage – la Conférence mondiale sur l’éducation de l’AMA sera l’événement phare pour les éducateurs de la communauté antidopage. Plus de 250 personnes sont attendues à l’édition de 2020, et l’AMA espère continuer à hausser la barre pour veiller à ce que les sportifs et leur personnel d’encadrement aient accès à une éducation antidopage de qualité, ce qui les aide à se protéger et à protéger le sport contre les dommages d’une utilisation intentionnelle ou involontaire de substances et de méthodes interdites.

Le ministre australien de la Jeunesse et du Sport, l’Honorable Richard Colbeck, s’est réjoui de la décision de l’AMA d’organiser sa Conférence mondiale sur l’éducation 2020 en Australie. « Il s’agit d’une formidable occasion pour l’Australie de promouvoir son travail visant à offrir une éducation antidopage de grande qualité dans le monde du sport », a-t-il déclaré.

La présidente de l’AFLD, Dominique Laurent, a déclaré quant à elle : « Je me réjouis que l’AMA ait retenu notre candidature, qui était soutenue par le ministère des Sports, le Comité olympique et sportif français, Paris 2024, la Ville de Nice et le Comité des sportifs de l’AFLD. L’AFLD a fait du renforcement des programmes d’éducation antidopage en France et de la coopération internationale des axes stratégiques prioritaires. Deux ans avant les Jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024, je suis certaine que l’accueil par la France de la Conférence mondiale sur l’éducation 2022 constituera un nouveau jalon important pour la promotion de l’éthique dans le sport et la protection des sportifs. »

Les éditions 2015 et 2018 de la Conférence mondiale sur l’éducation ont réuni respectivement 200 et 178 participants, issus d’organisations nationales antidopage, d’organisations régionales antidopage, de fédérations nationales et internationales, de comités nationaux olympiques et d’institutions de recherche.