17 Mai 2018
Bookmark and Share

Le Conseil de fondation de l'AMA approuve une augmentation de budget afin de renforcer la capacité de l'Agence à fournir un sport propre

Le Conseil de fondation (le Conseil) de l’Agence mondiale antidopage (AMA) s’est réuni aujourd’hui à Montréal, au Canada. Ses 38 membres, qui proviennent à parts égales du Mouvement sportif et des gouvernements, se sont rassemblés pour discuter des progrès concernant les priorités de l’AMA et les autres dossiers importants pour l’Agence et pour l’avenir du sport propre. Au cours de cette réunion d’une journée, qui était ouverte aux représentants des médias, plusieurs discussions ont eu lieu et un certain nombre de décisions ont été prises.

La veille, le Comité exécutif de 12 membres de l’AMA s’était réuni pour prendre plusieurs décisions et faire des recommandations, qui ont ensuite été soumises au Conseil.  

LE CONSEIL APPROUVE L’AUGMENTATION DU BUDGET DE 8 % PAR AN PENDANT QUATRE ANS

À la suite de sa décision, prise en novembre 2017, d’entériner une hausse de 8 % du budget 2018 de l’AMA, le Conseil a approuvé aujourd’hui d’autres augmentations de 8 % pour chaque année allant de 2019 à 2022.

Le président de l’AMA, Sir Craig Reedie, a déclaré : « Le Conseil a discuté de divers sujets visant à renforcer la capacité de l’AMA à encourager le sport propre, mais la décision essentielle était l’augmentation du budget de l’Agence de 8 % par an pendant les quatre prochaines années.

« En novembre 2017, la direction de l’AMA a présenté au Conseil une proposition détaillée décrivant les ressources – financières et humaines – qui seraient nécessaires pour répondre aux attentes du Conseil et des autres partenaires. Il est donc très encourageant d’obtenir cet engagement financier de la part des gouvernements et du Mouvement sportif, car cela constitue une approbation du travail déjà effectué et un vote de confiance dans la capacité de l’Agence à réaliser sa mission, qui est de protéger le sport propre. »

Le Conseil a également approuvé les comptes de fin d’exercice de 2017.

LE CONSEIL A DISCUTÉ DE LA SITUATION DE LA CONFORMITÉ DES ONAD DE LA RUSSIE ET DU KOWEÏT

Le Conseil a été informé du fait que le Comité exécutif a entériné la recommandation du Comité indépendant de révision de la conformité (CRC) de l’AMA selon laquelle RUSADA demeurerait non conforme au Code mondial antidopage (le Code) tant que la Russie ne répondrait pas aux deux critères restants de la feuille de route vers la conformité de RUSADA :

  • Les autorités responsables de la lutte contre le dopage en Russie doivent accepter publiquement les résultats publiés de l’enquête McLaren.
  • Le gouvernement russe doit donner aux entités appropriées l’accès aux échantillons et aux données électroniques conservés au laboratoire de Moscou, qui sont sous scellés en raison d’une enquête fédérale.

Le CRC étudiera de nouvelles informations au cours des prochaines semaines et fera son rapport au Comité exécutif le plus rapidement possible.

Par ailleurs, le Comité antidopage du Koweït, qui n’était pas conforme au Code depuis septembre 2017, a été déclaré conforme, car il a répondu aux conditions relatives de rétablissement.

LE CONSEIL A EXAMINÉ LA POSSIBILITÉ D’UNE RÉVISION DU SYSTÈME ANTIDOPAGE

Le Conseil a discuté d’une proposition soumise par la vice-présidente de l’AMA, Linda Hofstad Helleland, qui demandait une révision indépendante du système antidopage à la suite du scandale du dopage en Russie. Le Conseil a appuyé la décision prise la veille par le Comité exécutif selon laquelle cette proposition et sa portée seront réexaminées à une étape ultérieure.

RENSEIGNEMENTS ET ENQUÊTES

Le directeur général de l’AMA, Olivier Niggli, a confirmé qu’un audit indépendant du service Renseignements et enquêtes n’a révélé aucun problème de performance de ce service, mais a mis en lumière le manque de personnel qui nuit à sa capacité de donner suite à toutes les informations utiles qu’il reçoit. L’augmentation du budget approuvée lors de la réunion devrait contribuer à améliorer la situation.

Pour sa part, le directeur du service Renseignements et enquêtes de l’AMA, Günter Younger, a fait rapport de certaines activités de son équipe réalisées depuis la réunion précédente. Entre janvier et avril 2018, son service a reçu 45 rapports dans le cadre du programme de lanceurs d’alertes Brisez le silence!; de plus, un responsable, Information confidentielle, a été nommé à temps plein pour assumer la responsabilité du programme, qui connaît beaucoup de succès depuis son lancement l’an dernier.

Dans son rapport, M. Younger a fait le point sur les enquêtes menées au Brésil, en Roumanie et au Kazakhstan, ainsi que sur l’enquête relative aux activités de l’Union internationale de biathlon, qui a eu pour résultat jusqu’à maintenant le déclenchement d’une enquête criminelle en Autriche et en Norvège.

AUTRES DOSSIERS

Le Conseil a été informé de l’avancement des travaux de l’équipe de révision du Code, qui est actuellement dans un processus de consultation des partenaires sur deux ans, en trois phases. Cette révision prendra fin lors de la prochaine Conférence mondiale de l’AMA sur le dopage dans le sport, qui se tiendra à Katowice, en Pologne, en novembre 2019.

Les cinq comités permanents de l’Agence (Sportifs; Éducation; Finance; CRC; Santé, médecine et recherche) ont présenté leurs situations respectives. La présidente du Comité des sportifs, Beckie Scott, a fait un rapport particulièrement intéressant sur les activités du Comité, notamment la rédaction d’une Charte antidopage des droits des sportifs. Le Conseil a été informé du fait que cette Charte sera au centre des discussions lors du premier Forum mondial des sportifs de l’AMA, qui se tiendra à Calgary, au Canada, du 3 au 5 juin, sous le thème « Le sport que nous voulons ».

La direction de l’AMA a fait savoir que l’Agence et les Fonds de recherche du Québec (FRQ) ont signé le 16 mai un protocole d’entente en vertu duquel ils octroieront 2 millions de dollars CA à des projets avancés de recherche scientifique sur la lutte contre le dopage.

L’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) a fait une communication sur la Convention internationale contre le dopage dans le sport et l’importance du partenariat avec l’AMA pour protéger les sportifs propres.

Le Conseil a également été informé sur l’évolution du projet de la « prochaine génération » du Système d’administration et de gestion antidopage (ADAMS), qui a été lancé en mars 2017 et qui est maintenant tout à fait sur la bonne voie. Le projet vise à ce que le cahier des charges reflète bien les priorités de la communauté antidopage.