21 Mai 2020
Bookmark and Share

Aucun lien significatif entre les AUT et la probabilité de gagner une médaille olympique, selon une étude de l’AMA

Il n’y a aucun lien significatif entre l’obtention par un sportif d’une autorisation d’usage à des fins thérapeutiques (AUT) et le fait de gagner une médaille aux Jeux olympiques, selon une étude menée par l’Agence mondiale antidopage (AMA) et publiée récemment dans le British Journal of Sports Medicine.

Cette étude, menée par le Dr Alan Vernec, directeur médical de l’AMA, et David Healy, responsable AUT de l’AMA, porte sur la prévalence des sportifs ayant obtenu une AUT aux cinq Jeux olympiques d’été et d’hiver tenus entre 2010 et 2018, dans le but de déterminer si ces sportifs avaient gagné davantage de médailles que les sportifs sans AUT.

« Le lien entre le pourcentage de sportifs d’élite avec une AUT et l’obtention de médailles a fait l’objet de spéculations en l’absence de données probantes sur les concurrents, explique le Dr Vernec. Les Jeux olympiques constituent une occasion unique d’analyser le sport au plus haut niveau qui soit à partir d’un échantillon bien défini de sportifs en compétition.

« Les données montrent que la proportion de sportifs ayant une AUT valide (dans des compétitions individuelles) aux Jeux olympiques concernés était de moins de 1 %. L’analyse porte également à croire qu’il n’y a aucun lien significatif entre le fait d’avoir une AUT pour concourir et la probabilité de gagner une médaille. »

Une AUT est une permission spéciale accordée par une organisation antidopage (OAD) à un sportif pour l’autoriser à utiliser une substance interdite en raison d’un problème de santé légitime. Les OAD accordent des AUT seulement au terme d’un processus d’examen rigoureux, en vertu du Standard international pour l’autorisation d’usage à des fins thérapeutiques (SIAUT), qui comprend l’évaluation de la pertinence de la demande par un comité de médecins dans un contexte antidopage. Les AUT accordées peuvent ensuite être examinées par d’autres OAD concernées et l’AMA, qui passe en revue les AUT accordées par les signataires du Code mondial antidopage et qui a le droit de faire appel en cas de non-conformité au SIAUT.

« Le programme des AUT fait partie intégrante du sport et permet aux sportifs ayant des conditions médicales légitimes de concourir dans un cadre équitable, ajoute le Dr Vernec. Il est largement accepté par les sportifs, les médecins et les différentes parties prenantes de la lutte contre le dopage, en plus d’être assorti d’un processus strict visant à prévenir les abus. Les résultats de cette étude apportent des données objectives qui permettent de dissiper certains malentendus et certaines réserves par rapport aux AUT. »

Les chercheurs ont puisé dans les résultats des compétitions, ainsi que dans la base de données de l’AMA sur les AUT, pour déterminer le nombre d’AUT par épreuve (calculé sur la base d’un sportif participant à une épreuve) et pour vérifier l’existence d’un lien avec les médailles gagnées par des sportifs dans des compétitions individuelles. Ils ont calculé les risques relatifs quant à la probabilité de gagner une médaille chez les sportifs possédant une AUT par opposition aux sportifs sans AUT. Ils ont également rapporté les risques relatifs ajustés en fonction des ressources des pays – un facteur de confusion potentiel. Cette façon de faire a tenu compte du fait que les sportifs provenant de pays riches en ressources sont susceptibles d’obtenir de meilleures performances  en raison d’autres facteurs tels que l’accès à une qualité supérieure sur le plan des installations d’entraînement, des soins médicaux, des entraîneurs, etc.

Au cours des cinq Jeux olympiques tenus entre 2010 et 2018, 20 139 épreuves ont été recensées et 2 062 médailles octroyées. Des sportifs ayant une AUT ont participé à 0,9 % des épreuves (181 épreuves sur 20139) et 21 médailles sur 2062 ont été gagnées par des sportifs ayant une AUT. Le risque relatif de gagner une médaille en ayant une AUT était donc de 1,13 (CI:0,73-1,65 p=0,54) et le risque relatif ajusté de 1,07 (CI:0,69-1,56 p=0,73).