28 Juillet 2020
Bookmark and Share

L’AMA et la FIIM renforcent leur collaboration pour protéger le sport propre

L’Agence mondiale antidopage (AMA) et la Fédération internationale de l’industrie du médicament (FIIM) ont signé un protocole d’entente pour élargir les échanges d’informations sur les produits commercialisés ainsi que sur les produits biomédicaux qui sont encore aux premiers stades de la recherche et du développement, dans le but de mettre au point des tests antidopage plus précoces. Cette entente renforce la coopération de longue date entre les deux organisations pour la protection du sport propre, encourage la réduction d’abus des médicaments dans le sport et la société et facilite la mise en œuvre plus rapide de méthodes de détection pour les nouvelles substances améliorant la performance.

Les industries pharmaceutiques et biotechnologiques font partie d’une plus vaste communauté antidopage qui collabore avec l’AMA et d’autres intervenants clés dans la lutte contre le dopage dans le sport. L’AMA et la FIIM coopèrent officiellement depuis la signature de la première Déclaration conjointe de collaboration dans la lutte contre le dopage en juillet 2010. Au cours de la dernière décennie, l’industrie pharmaceutique a mis à profit son expertise afin de trouver des solutions à ce problème de santé publique, de limiter le mésusage de ses produits et de lutter efficacement contre le dopage dans le sport.

Le partage précoce de l’information et de l’expertise est crucial pour mettre au point des méthodes de détection et réduire les risques d’utilisation abusive dans l’avenir. Ce nouveau protocole d’entente, signé par le président de l’AMA, Witold Bańka, et le président de la FIIM, David A. Ricks, vient renforcer les objectifs de l’AMA. Il est le plus récent d’une série d’accords de collaboration bilatéraux fructueux entre l’AMA et l’industrie biopharmaceutique, y compris avec des leaders comme GlaxoSmithKline, Amgen, Pfizer, Astellas et Roche.

« Nous sommes très heureux de cette coopération renforcée entre la FIIM et l’AMA pour la protection du sport propre, a déclaré M. Bańka. Travailler en étroite collaboration avec l’industrie biopharmaceutique est d’une importance primordiale si nous voulons détecter les nouveaux composés que les tricheurs pourraient utiliser pour améliorer leur performance. En identifiant les nouvelles substances au potentiel dopant alors qu’elles sont encore en développement, nous pourrons mettre en œuvre beaucoup plus rapidement des méthodes de détection, ce qui profitera directement aux sportifs propres du monde entier. 

« Le mouvement pour le sport propre repose sur la coopération entre divers intervenants pour le bien des sportifs. La collaboration entre l’industrie de la recherche biopharmaceutique et les autorités antidopage a donné des résultats concrets, notamment en ce qui concerne le développement précoce de tests antidopage avant la mise en marché des nouveaux médicaments. Cela démontre clairement que ces ententes aident à mieux contrôler les substances interdites et à réduire les risques associés pour la santé, ce qui est à l’avantage des sportifs. »

« Le dopage mine l’intégrité de l’innovation scientifique, a affirmé M. Ricks. Nos entreprises découvrent et mettent au point des médicaments révolutionnaires pour traiter les patients, et nous nous engageons à fabriquer des médicaments sûrs et à optimiser les conditions appropriées pour leur utilisation. Nous nous opposons à l’utilisation abusive de nos produits dans le but d’améliorer les performances sportives, une pratique dangereuse et répréhensible qui affecte le mouvement sportif mondial. Nous sommes fiers de faire équipe avec l’AMA pour maximiser la capacité de la communauté sportive mondiale d’attraper les tricheurs plus tôt et travailler de concert pour promouvoir un environnement compétitif sans dopage. »