Passeport biologique de l'Athlète - Module stéroïdien

En 2009, l’AMA publiait la première version des Lignes directrices opérationnelles pour le Passeport biologique de l’Athlète, mettant en place une méthode normalisée de profilage des variables hématologiques des athlètes (le module hématologique). 

Depuis, le Passeport biologique de l’Athlète (PBA) a été intégré avec succès dans les stratégies de lutte contre le dopage de nombreux programmes de fédérations internationales (FI) et d’organisations nationales antidopage (ONAD), révélant d’innombrables résultats d’analyses anormaux ciblés et de multiples violations directes des règles antidopage. 

Le présent avis a pour but d’informer  la communauté antidopage des développements du PBA et du nouveau module stéroïdien, qui entrera en vigueur en 2014.

Lors de la réunion du Comité exécutif de l’AMA du 11 septembre 2013, un nouveau document technique, portant sur le rapport et l’évaluation de résultats pour les  stéroïdes anabolisants androgènes endogènes, a été approuvé. Ce document technique (TDEAAS2014), qui entrera en vigueur en janvier 2014, prépare le terrain à l’introduction du nouveau module stéroïdien du PBA. 

Par conséquent, l’AMA révise actuellement les Lignes directrices opérationnelles pour le PBA afin qu’elles soient conformes à  ce nouveau document technique – une condition préalable au lancement du nouveau module. La nouvelle version des lignes directrices opérationnelles, qui sera publiée fin octobre ou début novembre, donnera des directives  sur la manière optimale de mettre en place ce nouvel outil de lutte contre le dopage. 

Les révisions aux lignes directrices en vigueur comprennent de légères modifications aux documents obligatoires existants relatifs au prélèvement d’échantillons, au transport des échantillons et à la gestion des résultats. Les versions révisées des documents techniques seront présentées au  Comité exécutif de l’AMA aux fins d’approbation lors de sa réunion de novembre, et entreront en vigueur le 1er janvier 2014. 

D’ici l’implantation du module stéroïdien du PBA en janvier prochain, vous trouverez dans les « Questions-réponses » ci-dessous des réponses aux interrogations que pourraient déjà avoir les athlètes et la communauté antidopage en général.

L’AMA continuera à tenir tous les partenaires  informés des développements concernant le PBA et à leur fournir de nouvelles ressources afin d’appuyer sa mise en œuvre d’ici à l’entrée en fonction du nouveau module stéroïdien, en janvier prochain.

Si les questions-réponses ci-dessus ne répondent pas à vos interrogations, n’hésitez pas à communiquer avec nous.

  • Pour toute question au sujet du PBA, écrivez à info@wada-ama.org.
  • Pour toute question au sujet du fonctionnement du PBA à l’intérieur du système ADAMS, veuillez écrire à ADAMS@wada-ama.org.
  1. Quelle est la différence entre le module hématologique et le module stéroïdien?
  2. Quels sont les avantages du module stéroïdien?
  3. Les lignes directrices concernant la déclaration et la gestion des valeurs élevées de T/E et de stéroïdes endogènes seront-elles encore applicables?
  4. Quels sportifs doivent être soumis aux analyses du module stéroïdien?
  5. Quelles sont les exigences liées à la gestion d’un programme de Passeport stéroïdien?
  6. Que comprend le profil stéroïdien?
  7. Comment associe-t-on des résultats d’analyse anonymes au passeport stéroïdien d’un sportif donné?
  8. Combien de valeurs ou de résultats d’analyse faut-il pour créer le passeport stéroïdien?
  9. Qu’est-ce qu’un résultat d’analyse atypique et comment ce type de résultat est-il généré?
  10. Qu’en est-il des OAD qui n’ont pas engagé d’UGPBA et qui n’ont pas d’UGPBA à l’interne?
  11. Qu’en est-il des OAD qui n’utilisent pas ADAMS?
  12. Quels laboratoires établissent les profils stéroïdiens?
  13. Le nouveau module stéroïdien entraînera-t-il des coûts additionnels pour les OAD?

1. Quelle est la différence entre le module hématologique et le module stéroïdien? Haut

Le module hématologique assure le suivi au fil du temps des variables hématologiques uniques d’un sportif qui pourraient suggérer la présence d’effets d’un dopage sanguin, par exemple une transfusion sanguine ou l’usage d’érythropoïétine (EPO). Ces variables hématologiques forment le « profil sanguin », qui est déterminé grâce à l’analyse de l’échantillon de sang du sportif.

Quant au module stéroïdien, il assure le suivi au fil du temps des variables stéroïdiennes uniques du sportif qui pourraient suggérer un abus de stéroïdes. Ces variables stéroïdiennes forment le « profil stéroïdien », qui est déterminé grâce à l’analyse de l’échantillon d’urine du sportif.

2. Quels sont les avantages du module stéroïdien? Haut

Pour toutes les OAD, le principal avantage réside dans les données stéroïdiennes et l’automatisation dans ADAMS, qui alerteront les OAD sur la possibilité que certains sportifs violent les règles et qui fourniront, à partir des collectes d’échantillons qui sont déjà en place, des renseignements pouvant améliorer l’efficacité de tous les programmes antidopage.

De 2004 à 2013, une analyse par spectrométrie de masse de rapport isotopique (SMRI) était exigée lorsqu’un sportif présentait un rapport T/E supérieur à 4:1. Le modèle adaptatif du Passeport biologique de l’Athlète (PBA) remplacera cette approche fondée sur une « référence générale » par une approche « intra-individuelle », qui permet une évaluation plus précise.

Avec le module hématologique, lorsqu’un passeport biologique atypique est détecté, ADAMS envoie une notification automatique à l’UGPBA de l’OAD, qui est alors tenue d’évaluer le passeport (pour obtenir un complément d’information sur les UGPBA, consultez la section « Questions-réponses générales sur le PBA »). Avec le module stéroïdien, une analyse par SMRI sera effectuée dans un premier temps, et ce n’est que si le résultat est négatif qu’une évaluation par des experts sera exigée.

Les sommes déboursées par les OAD devraient baisser étant donné qu’une portion du processus sera automatisée dans ADAMS. De plus, l’analyse de confirmation du résultat de la SMRI sera réalisée selon une démarche personnalisée, ce qui est plus approprié.

3. Les lignes directrices concernant la déclaration et la gestion des valeurs élevées de T/E et de stéroïdes endogènes seront-elles encore applicables? Haut

Les laboratoires accrédités par l’AMA et les OAD devront maintenant se conformer au nouveau Document technique sur les stéroïdes anabolisants (TD2014EAAS - en anglais).

4. Quels sportifs doivent être soumis aux analyses du module stéroïdien? Haut

L’établissement du profil stéroïdien sera systématique puisque les échantillons d’urine de tous les sportifs seront soumis au dépistage des stéroïdes et que le modèle adaptatif sera appliqué à tous les profils stéroïdiens.

5. Quelles sont les exigences liées à la gestion d’un programme de Passeport stéroïdien? Haut

Il y a deux exigences liées à la gestion d’un programme de Passeport stéroïdien :

  1. Entrer les formulaires de contrôle du dopage (FCD) dans ADAMS pour chaque échantillon d’urine recueilli.
  2. Engager une UGPBA, idéalement associée à un laboratoire accrédité par l’AMA, pour la gestion du programme.

6. Que comprend le profil stéroïdien? Haut

Tous les échantillons d’urine seront soumis au dépistage des stéroïdes. Le profil stéroïdien comprend les valeurs de testostérone, d’épitestostérone, d’androstérone, d’étiocholanolone, de 5αAdiol et de 5βAdiol ainsi que la densité relative de l’échantillon d’urine. Les laboratoires accrédités par l’AMA entreront toutes les données des profils stéroïdiens issus de l’analyse des échantillons d’urine dans ADAMS. D’autres rapports seront calculés pour détecter diverses formes de dopage aux stéroïdes.

7. Comment associe-t-on des résultats d’analyse anonymes au passeport stéroïdien d’un sportif donné? Haut

Lorsque des contrôles du dopage sont effectués, l’agence qui les autorise (l’autorité de contrôle) doit entrer les formulaires de contrôle du dopage (FCD) dans le Système d’administration et de gestion antidopage (ADAMS). ADAMS fait automatiquement la correspondance entre les FCD et les résultats d’analyses des laboratoires, puis le nouveau profil stéroïdien est entré dans le Passeport biologique de l’Athlète. Pour préserver l’anonymat des sportifs dans le système, un identifiant de passeport biologique (IDPB) est attribué à chacun.

8. Combien de valeurs ou de résultats d’analyse faut-il pour créer le passeport stéroïdien? Haut

Par définition, chaque sportif qui subit une analyse d’urine dont les résultats sont entrés dans ADAMS avec le FCD correspondant possède un passeport stéroïdien. Une seule analyse peut suffire pour le ciblage ou pour confirmer un résultat de SMRI, mais il faut généralement deux ou trois analyses d’urine pour réaliser l’analyse longitudinale.

9. Qu’est-ce qu’un résultat d’analyse atypique et comment ce type de résultat est-il généré? Haut

Dès que la correspondance entre les résultats des analyses de laboratoire et le FCD est établie dans ADAMS, le modèle adaptatif est automatiquement appliqué pour détecter les éventuels résultats atypiques. Le modèle adaptatif est un algorithme qui détermine par des calculs si les résultats d’analyse (ou les résultats au fil du temps dans le cas d’un profil longitudinal) sont susceptibles de refléter des fluctuations physiologiques normales. Un résultat d’analyse atypique est généré dans ADAMS si le rapport T/E du sportif ne correspond pas à sa fourchette de valeurs générée par le modèle adaptatif, qui a une spécificité de 99 %. En cas de résultat d’analyse atypique, une évaluation approfondie s’impose.

10. Qu’en est-il des OAD qui n’ont pas engagé d’UGPBA et qui n’ont pas d’UGPBA à l’interne? Haut

Si, pour une raison quelconque, une OAD n’a pas encore fait appel à une UGPBA et qu’un résultat d’analyse atypique du Passeport est rapporté avec une SMRI négative, l’OAD responsable devra alors consulter le laboratoire ayant effectué l’analyse pour obtenir des conseils supplémentaires. Une évaluation ou une analyse approfondie s’impose.

11. Qu’en est-il des OAD qui n’utilisent pas ADAMS? Haut

Si le FCD n’est pas entré dans ADAMS, ce système appliquera automatiquement des règles moins économiques pour lancer des analyses par SMRI. Ces analyses par SMRI sont obligatoires, sauf si l’OAD peut prouver que le profil stéroïdien est le résultat de fluctuations physiologiques normales.

Lorsqu’un échantillon ne peut pas être analysé par le modèle adaptatif d’ADAMS (c.-à-d. parce qu’aucun FCD n’a été enregistré et que l’échantillon n’est pas associé aux résultats enregistrés par le laboratoire), le laboratoire reçoit une notification automatique d’ADAMS quatorze (14) jours civils après la réception de l’échantillon.

Si les critères décrits à l’article 3.0 du document technique TD2014EAAS sont remplis (rapport T/E > 4:1), le laboratoire lance alors une procédure de confirmation. Le laboratoire communiquera par la suite avec l’autorité de contrôle afin de l’informer de son intention de procéder à une analyse par SMRI, à moins que l’autorité de contrôle puisse justifier au laboratoire et à l’AMA qu’aucune procédure de confirmation n’est nécessaire.

Pour les OAD, le fait de ne pas utiliser ADAMS est doublement désavantageux :

  1. Premièrement, ces OAD ne seront pas en mesure de créer des profils de sportifs à partir des résultats d’analyses effectuées par plusieurs agences (comme c’est déjà le cas avec le module hématologique).
  2. Deuxièmement, elles seront probablement appelées à effectuer davantage d’analyses par SMRI, puisque le rapport de 4:1 est un prédicteur des possibilités de dopage moins précis que le modèle adaptatif d’ADAMS.

12. Quels laboratoires établissent les profils stéroïdiens? Haut

Tous les laboratoires accrédités par l’AMA établissent des profils stéroïdiens et les entrent dans ADAMS. Cependant, seuls quelques laboratoires gèrent les résultats par l’intermédiaire d’une Unité de gestion du Passeport biologique de l'Athlète (UGPBA). Consultez la liste des UGPBA (en anglais).

13. Le nouveau module stéroïdien entraînera-t-il des coûts additionnels pour les OAD? Haut

Si le module stéroïdien est mis en œuvre conformément aux Lignes directrices opérationnelles pour le PBA, les coûts additionnels seront négligeables. De plus, ce nouveau module augmentera la rentabilité des programmes de contrôles en permettant la mise en œuvre d’une démarche plus raffinée d’analyse par SMRI. Les prélèvements d’échantillons d’urine ayant lieu de toute façon, le module stéroïdien fournit encore plus d’informations à partir de chaque échantillon – qui n’est plus simplement qualifié de « négatif » ou « positif ». 

Les évaluations par l’UGPBA et les examens par des experts (s’il y a lieu) seront les seuls coûts additionnels. Si le risque d’abus de stéroïdes est faible dans votre sport, il est très improbable que le profil longitudinal révèle un résultat d’analyse atypique du Passeport, donc qu’une évaluation approfondie soit nécessaire. Bien que les coûts puissent varier, l’AMA collabore étroitement avec les UGPBA au sein des laboratoires à l’élaboration d’un processus transparent relativement aux coûts susmentionnés.

Si un résultat d’analyse atypique du Passeport est révélé avec une SMRI négative, et que les experts de l’UGPBA croient néanmoins que les possibilités de dopage sont très élevées, le déclenchement d’une procédure de gestion des résultats peut être recommandé. Ces coûts sont variables, comme dans tous les cas de gestion des résultats.