Fonds volontaire de l'UNESCO

Le Fonds de l’UNESCO pour l’élimination du dopage dans le sport (Fonds volontaire) a été créé par les gouvernements afin de les aider à satisfaire à leurs obligations en vertu de la Convention internationale de l’UNESCO contre le dopage dans le sport.

Les demandes peuvent être faites pour des projets destinés à l’éducation, à la formulation de politiques ou à des programmes de tutorat et de développement des capacités. Le montant de l’aide accordée est de 20 000 $ US pour les projets nationaux et de 50 000 $ US pour les projets régionaux.

Tous les pays ayant ratifié la Convention internationale de l’UNESCO contre le dopage dans le sport peuvent soumettre une demande auprès du Fonds. Cliquez ici pour vérifier si votre gouvernement a ratifié la Convention et s’il peut présenter une demande.

Des Questions-réponses sur le Fonds volontaire de l’UNESCO peuvent être consultées ci-dessous.

Pour obtenir plus de détails sur le Fonds volontaire de l’UNESCO et sur la façon de soumettre une demande, cliquez ici.

  1. En quoi consiste le Fonds volontaire?
  2. À quoi est destiné le Fonds?
  3. Qui peut soumettre une demande?
  4. Quel est le montant de financement disponible?
  5. Quel est le nombre maximal de demandes?
  6. Où peut-on se procurer un formulaire de demande?
  7. À qui peut-on s’adresser pour obtenir plus d’informations sur le Fonds ou sur la demande?
  8. Peut-on consulter des modèles de formulaires pour les projets qui ont déjà été approuvés?
  9. Qui se prononce sur les demandes soumises au Fonds?
  10. À quelle fréquence le Comité d’approbation se réunit-il?

1. En quoi consiste le Fonds volontaire? Haut

Sous l’égide de la Convention internationale de l’UNESCO contre le dopage dans le sport, un Fonds volontaire spécial a été créé afin que les États parties puissent obtenir une assistance financière qui les aidera à développer leurs capacités antidopage et à satisfaire aux obligations que leur impose la Convention. Le Fonds compte 2,4 millions de dollars américains et l’UNESCO accueille toutes les demandes des États parties.

2. À quoi est destiné le Fonds? Haut

Aux projets antidopage, plus particulièrement :

  •   Aux projets d’éducation centrés sur la jeunesse et les organisations sportives; 
  •   À des conseils en vue de la formulation de politiques, l’élaboration de pratiques administratives, de politiques et de règlements, et de législations antidopage visant à satisfaire aux obligations fixées par la Convention; 
  •   À des programmes de tutorat et de développement des capacités, y compris la mise en place d’une organisation nationale antidopage (ONAD).

3. Qui peut soumettre une demande? Haut

Tous les gouvernements ayant ratifié la Convention internationale de l’UNESCO contre le dopage dans le sport.

Cliquez ici pour vérifier si votre gouvernement a ratifié la Convention. Les demandes peuvent être faites par l’entremise d’un représentant officiel du gouvernement, notamment un ministère chargé des sports ou la Commission nationale pour l’UNESCO. Un État partie qui ne dispose pas d’un tel ministère peut demander à un autre ministère ou représentant officiel du gouvernement de rédiger et de soumettre la demande.

4. Quel est le montant de financement disponible? Haut

Le montant maximal de l’aide accordée est de 20 000 $ US pour les projets nationaux et de 50 000 $ US pour les projets régionaux. Le formulaire pour un projet régional doit être accompagné d’au moins trois lettres de soutien émanant d’autres gouvernements. Cependant, le nombre de pays pouvant bénéficier du projet peut être plus élevé.

5. Quel est le nombre maximal de demandes? Haut

Chaque État partie peut soumettre un maximum de trois demandes au cours de l’exercice biennal (soit tous les deux ans). L’exercice biennal en cours couvre la période du 1er janvier 2014 au 31 décembre 2015. Tous les documents associés à un projet doivent être remplis et ensuite évalués par l’UNESCO avant qu’un autre projet ne puisse être entamé.

6. Où peut-on se procurer un formulaire de demande? Haut

Le Manuel (en six langues) ainsi que tous les formulaires de demande sont disponibles en cliquant ici.

7. À qui peut-on s’adresser pour obtenir plus d’informations sur le Fonds ou sur la demande? Haut

Vous pouvez communiquer avec Nancy McLennan, Chargée de projet - Antidopage, Secteur des sciences sociales et humaines, par courriel à l’adresse n.mclennan@unesco.org ou par téléphone au +33 (0)1 45 68 45 38.

Vous pouvez aussi communiquer avec les directeurs des différents bureaux régionaux de l’AMA. Ils pourront vous aider à remplir les formulaires ou vous fourniront des idées pour vos projets.

Région d’Afrique : Rodney Swigelaar, Directeur du bureau régional, Le Cap, Afrique du Sud
Rodney.swigelaar@wada-ama.org 

Région des Amériques : Maria José Pesce, Directrice du bureau régional, Montevideo, Uruguay
Mariajose.pesce@wada-ama.org 

Région d’Asie et d’Océanie : Kazuhiro Hayashi, Directeur du bureau régional, Tokyo, Japon
Kazuhiro.hayashi@wada-ama.org

8. Peut-on consulter des modèles de formulaires pour les projets qui ont déjà été approuvés? Haut

9. Qui se prononce sur les demandes soumises au Fonds? Haut

Un Comité d’approbation composé de six représentants des États parties des six régions de l’UNESCO et ayant de l’expérience et des connaissances reconnues dans le domaine de l’antidopage.

Le comité actuel est formé de membres des pays suivants :

  • Afrique du Sud
  • Les Bahamas
  • Chine
  • Finlande
  • Oman
  • Russie

Le Comité est également assisté, en qualité de consultant, d’un représentant de l’AMA. Les représentants du Comité d’approbation sont élus par la Conférence des parties qui se réunit une fois tous les deux ans au Siège de l’UNESCO à Paris. La prochaine réunion de la Conférence des parties se tiendra à la fin de 2017.

10. À quelle fréquence le Comité d’approbation se réunit-il? Haut

Le Comité d’approbation se réunit deux fois par année, habituellement au printemps (entre mars et juin) et à l’automne (entre septembre et décembre). Le Comité peut également se prononcer sur les demandes sans convoquer les membres, au besoin, s’il reçoit suffisamment de demandes.