6 Octobre 2017
Bookmark and Share

L’AMA lève la suspension partielle de l’accréditation du laboratoire de l’UCLA pour certaines substances interdites

L’Agence mondiale antidopage (AMA) annonce que conformément au Standard international pour les laboratoires (SIL), Sir Craig Reedie, président du Comité exécutif de l’AMA, a approuvé la levée de la suspension partielle du laboratoire analytique olympique de l’UCLA (le « laboratoire de l’UCLA »), à Los Angeles, États-Unis, en ce qui concerne l’analyse de quatre substances interdites.

Le laboratoire de l’UCLA, qui avait vu son accréditation partiellement suspendue pour certaines substances interdites le 14 juin 2017, a réglé le problème à l’origine de cette suspension partielle. Par conséquent, le 27 septembre 2017, le groupe d’experts Laboratoires de l’AMA a recommandé au président du Comité exécutif de l’Agence que la suspension partielle soit levée. À compter du 27 septembre 2017, le laboratoire de l’UCLA, qui a continué de mener ses activités courantes en matière de lutte contre le dopage, n'est donc plus tenu d’obtenir un deuxième avis avant de signaler tout résultat d’analyse anormal pour les quatre substances interdites visées.

« L’AMA est heureuse de confirmer que l’accréditation du laboratoire de l’UCLA a été rétablie environ trois mois après sa suspension partielle, a déclaré Olivier Niggli, directeur général de l’AMA. Nous félicitons le laboratoire de l’UCLA d’avoir agi rapidement et efficacement pour régler le problème ayant mené à cette suspension partielle. Les sportifs peuvent avoir l’assurance que le laboratoire mène ses activités conformément aux normes élevées exigées par l’AMA et le programme antidopage mondial. »

En vertu du SIL, l’AMA est responsable de l’accréditation et de la réaccréditation des laboratoires antidopage, et doit donc s’assurer qu’ils respectent les normes de qualité les plus élevées qui soient. Lorsqu’un laboratoire ne remplit pas les exigences du SIL, l’AMA peut décider de suspendre ou de révoquer son accréditation. Le grand nombre de suspensions en 2016 et 2017 découle directement des procédures d’évaluation de la qualité plus strictes mises en application par l’AMA pour veiller à ce que les laboratoires maintiennent les normes les plus rigoureuses.

– FIN –

CONTACT MÉDIAS

Maggie Durand, coordonnatrice, Relations médias et communication
Téléphone : + 1 514-904-8225
Courriel : media@wada-ama.org