30 Mai 2019
Bookmark and Share

L’AMA publie un Avis aux partenaires concernant les cas de viande contaminée

Le 16 mai 2019, le Conseil de fondation de l’Agence mondiale antidopage (AMA) a décidé de modifier l’article 7.4 du Code mondial antidopage (le Code) afin de permettre aux laboratoires accrédités par l’AMA (les laboratoires) de rapporter des résultats atypiques pour la substance interdite clenbutérol.

Dans la rédaction actuelle du Code, les dispositions de l’article 7.4 permettent seulement aux laboratoires de rapporter la présence de substances interdites exogènes comme étant des résultats d’analyse anormaux et non comme étant des résultats atypiques, ce qui empêche les organisations antidopage (OAD) d’enquêter sur des cas potentiels de viande contaminée, comme cela a été le cas pour le clenbutérol. Ainsi, si la version actuelle du Code est suivie à la lettre, les OAD sont tenues de conclure à une violation des règles antidopage (VRAD) commise par le sportif dès lors que l’analyse de l’échantillon B a confirmé les résultats obtenus lors de l’analyse de l’échantillon A ou que le sportif n’a pas utilisé son droit de demander l’analyse de l’échantillon B.

Cette modification – qui prendra effet le 1er juin 2019 et se veut une solution provisoire jusqu’à l’entrée en vigueur du Code 2021 et du futur Standard international pour la gestion des résultats (SIGR) – a pour but de fournir aux OAD la possibilité de mener des enquêtes lorsque les laboratoires détectent et déclarent comme des résultats atypiques de faibles concentrations de certaines substances interdites pouvant résulter de la consommation de viande contaminée. Il sera ainsi possible de traiter équitablement de tels cas et d’éviter l’annulation des résultats obtenus en compétition par des sportifs placés dans une telle situation.

Afin d’aider les OAD confrontées à de possibles cas de viande contaminée, l’AMA a rédigé un Avis aux partenaires concernant la viande contaminée (Avis) qui transmet aux laboratoires les instructions à suivre en fonction de la concentration de clenbutérol détectée dans l’échantillon d’un sportif et qui présente les démarches à entreprendre par les OAD placées dans de telles situations.

Si, après avoir suivi ces instructions et entrepris les démarches contenues dans l’Avis, une OAD détermine que la détection de clenbutérol dans un échantillon est compatible avec la consommation de viande contaminée, elle pourra clore le dossier et permettre au sportif de conserver ses résultats obtenus en compétition. En revanche, si, à l’issue de l’enquête, le résultat atypique n’est pas compatible avec la consommation de viande contaminée, ou si la concentration détectée de clenbutérol dépasse le seuil établi, une VRAD devra être alléguée et le processus habituel de gestion des résultats suivi.

L’AMA espère que la modification de l’article 7.4 du Code et les instructions fournies dans l’Avis aideront les OAD à gérer équitablement les cas potentiels de viande contaminée au clenbutérol pour tous les sportifs.

Si vous avez des questions ou des préoccupations, n’hésitez pas à communiquer avec nous à l’adresse rm@wada-ama.org.