12 Avril 2019
Bookmark and Share

Le Timor-Leste devient le 188e pays à ratifier la Convention contre le dopage de l’UNESCO

L’Agence mondiale antidopage (AMA) est heureuse d’annoncer que la République démocratique du Timor-Leste (Timor-Est) est devenue le 188e État partie à ratifier la Convention internationale de l’UNESCO contre le dopage dans le sport (Convention de l’UNESCO). Il ne reste désormais que sept pays dans le monde qui n’ont pas encore ratifié la Convention de l’UNESCO.

« Il est encourageant pour l’AMA et pour le sport propre d’accueillir un autre État partie dans la Convention de l’UNESCO, a déclaré le président de l’AMA, Sir Craig Reedie. Nous sommes heureux de voir le Timor-Leste témoigner ainsi de son engagement à l’égard de la lutte contre le dopage.

« Presque tous les gouvernements du monde ont manifesté leur volonté de promouvoir un sport propre et de faire en sorte que la Convention de l’UNESCO soit mise en œuvre et appliquée rigoureusement dans leur pays respectif. Il s’agit d’une bonne nouvelle pour les sportifs du Timor-Leste ainsi que pour les autres compétiteurs du monde entier.

« Je sais que Gobinathan Nair, directeur général de l’organisation régionale antidopage de l’Asie du Sud-Est (SEARADO), dont fait partie le Timor-Leste, accueille positivement cette nouvelle et que SEARADO continuera à fournir toute l’assistance et tout le soutien nécessaire. »

Adoptée le 19 octobre 2005, la Convention est l’instrument juridique par lequel les gouvernements formalisent leur engagement à l’égard de la lutte contre le dopage dans le sport. Elle permet aux gouvernements d’harmoniser leurs politiques nationales avec les dispositions du Code mondial antidopage et de continuer ainsi d’uniformiser les règles régissant la lutte contre le dopage dans le sport et la législation publique. Selon les standards de l’UNESCO, cette convention a été rédigée, adoptée et ratifiée en un temps record.

Consultez la liste complète des pays qui ont ratifié la Convention de l’UNESCO.