20 Juin 2017
Bookmark and Share

L’AMA suspend l’accréditation du laboratoire de l’UCLA pour certaines substances interdites

L’Agence mondiale antidopage (AMA) a partiellement suspendu l’accréditation du laboratoire analytique olympique de l’UCLA (le « laboratoire de l’UCLA ») en ce qui concerne l’analyse de certaines substances interdites pour une période de trois mois commençant le 14 juin 2017. La suspension de ces analyses au laboratoire de l’UCLA, situé à Los Angeles, en Californie (États-Unis), découle des procédures d’évaluation de la qualité de l’AMA, qui ont permis de relever des non-conformités aux meilleures pratiques.

Les procédures de l’Agence visent à vérifier que les laboratoires accrédités par l’AMA réalisent des analyses uniformes donnant lieu à des résultats comparables, valides et fiables, ce qui permet en retour de rehausser la confiance des sportifs à l’égard du système antidopage à l’échelle mondiale.

Il est important de noter que, durant la suspension, le laboratoire de l’UCLA pourra continuer de mener ses activités courantes en matière de lutte contre le dopage. Cependant, il devra obtenir un deuxième avis de la part d’un autre laboratoire accrédité par l’AMA avant de signaler tout résultat d’analyse anormal (RAA) pour les glucocorticoïdes « prednisolone » et « prednisone » ainsi que les stéroïdes anabolisants « boldénone » et « boldione ». 

Ce type de suspension, qui se limite à certaines substances ou classes de substances, et qui a été imposée à d’autres laboratoires accrédités par l’AMA dans le passé, prévoit qu’une surveillance appropriée du laboratoire de l’UCLA sera exercée pour s’assurer qu’il mette en œuvre toutes les améliorations nécessaires en vue de redevenir pleinement conforme.

Le 14 juin 2017, un comité disciplinaire indépendant de l’AMA, sous les conseils du groupe d’experts Laboratoires de l’AMA (LabEG), a formulé sa recommandation au président du Comité exécutif de l’AMA, qui l’a acceptée. Le 16 juin, le laboratoire de l’UCLA a donc été informé de cette décision.

Le laboratoire de l’UCLA peut porter la décision en appel devant le Tribunal arbitral du sport (TAS) dans les 21 jours suivant la réception de la notification.

Dans le cadre du processus, l’AMA fera une visite du laboratoire de l’UCLA dans un délai permettant raisonnablement au laboratoire d’achever la mise en œuvre de toutes les mesures correctives qui s’imposent.

Selon le Standard international pour les laboratoires (SIL), l’AMA est responsable de l’accréditation et de la réaccréditation des laboratoires antidopage et doit donc s’assurer qu’ils respectent les normes de qualité les plus élevées en vigueur. Ce processus de surveillance est exécuté parallèlement à une évaluation de l’Organisation internationale de normalisation (ISO) par des organismes d’accréditation nationaux indépendants qui sont membres en règle de la Coopération internationale d’accréditation des laboratoires (ILAC). Lorsqu’un laboratoire ne remplit pas les exigences du SIL, l’AMA peut suspendre son accréditation.

– FIN –

CONTACT MÉDIAS

Maggie Durand, coordonnatrice, Relations médias et communication
Téléphone : + 1-514-904-8225
Courriel : media@wada-ama.org