30 Juin 2017
Bookmark and Share

L'AMA révoque l'accréditation des laboratoires d'Almaty et de Bloemfontein

L’Agence mondiale antidopage (AMA) a révoqué l’accréditation du laboratoire antidopage des sportifs d’Almaty, au Kazakhstan, et du laboratoire de contrôle du dopage d’Afrique du Sud, à Bloemfontein, pour cause de non-conformité au Standard international pour les laboratoires (SIL) et aux documents techniques connexes.

Les deux laboratoires, qui avaient déjà vu leur accréditation de l’AMA suspendue, ont été avisés de la décision du Comité exécutif de l’AMA le 29 juin 2017, et la révocation prendra effet dans les 30 jours suivant cet avis. Entre-temps, la suspension demeure en vigueur et les deux laboratoires ne peuvent pas effectuer d’analyses des échantillons de contrôle du dopage pour l’AMA ni aucune autre autorité de contrôle.

Le 28 juin 2016, le laboratoire d’Almaty avait été suspendu pour une période de quatre mois, qui a été subséquemment prolongée jusqu’au 24 avril 2017. Le 2 mai 2016, le laboratoire de Bloemfontein avait été suspendu à son tour pour une période de cinq mois, par la suite prolongée jusqu’au 30 mars 2017. Conformément au SIL, un laboratoire qui a vu son accréditation de l’AMA suspendue demeure suspendu jusqu’au rétablissement de son accréditation par l’AMA. 

Au terme de ces périodes de suspension prolongées, le groupe d’experts Laboratoires de l’AMA (LabEG) a jugé qu’aucun des deux laboratoires n’avait remédié aux non-conformités au SIL. Par conséquent, le LabEG a transféré le dossier au comité disciplinaire de l’AMA, dont le mandat consiste à passer en revue de tels cas et à formuler des recommandations. Des recommandations ont donc été faites au Comité exécutif, qui a décidé que l’accréditation par l’AMA des deux laboratoires devrait être révoquée.

Les laboratoires pourront porter cette décision en appel devant le Tribunal arbitral du sport (TAS) dans les 21 jours.

L’AMA est responsable de l’accréditation et de la réaccréditation des laboratoires antidopage, et doit donc s’assurer qu’ils respectent les normes de qualité les plus élevées qui soient. Ce rôle de surveillance est assuré parallèlement à une évaluation ISO par des organismes d’accréditation nationaux indépendants qui sont membres en règle de la Coopération internationale d’accréditation des laboratoires (ILAC).

Aux termes de l’article 4.4.13.2.2 du SIL, le Comité exécutif de l’AMA révoquera l’accréditation de tout laboratoire [accrédité en vertu des dispositions du SIL] dès lors qu’il jugera la révocation nécessaire pour assurer la fiabilité et la précision totale des analyses et la précision des résultats d’analyse rendus. Plus précisément, cet article du SIL prévoit que l’accréditation par l’AMA d’un laboratoire peut être révoquée si le laboratoire en question n’a pas corrigé une non-conformité à l’une des exigences ou normes énoncées dans le SIL durant sa période de suspension. De plus, au paragraphe 4 de l’article 4.4.13.2.1 du SIL, il est indiqué que si le laboratoire suspendu n’a pas fourni à l’AMA de preuves satisfaisantes montrant qu’il a corrigé les non-conformités [au SIL] avant la fin de la période de suspension prolongée, l’accréditation par l’AMA du laboratoire sera révoquée.

– FIN –

CONTACT MÉDIAS

Maggie Durand, coordonnatrice, Relations médias et communication
Téléphone : + 1-514-904-8225
Courriel : media@wada-ama.org