15 Mars 2017
Bookmark and Share

La voix des sportifs, la conformité et les lanceurs d'alerte occupent le centre de la scène du symposium annuel de l'AMA

Le Comité des sportifs de l’AMA propose une Charte des droits des sportifs et s’engage à organiser un Forum mondial antidopage pour les sportifs en 2018.

La voix des sportifs, la conformité et les lanceurs d’alerte ont été les principaux sujets abordés au 13e Symposium annuel de l’Agence mondiale antidopage (AMA), qui s’est tenu cette semaine au SwissTech Convention Center (STCC), à Lausanne, en Suisse. Lors de cet événement, qui s’est déroulé du 13 au 15 mars sous le thème « Relever nos défis et renforcer l’avenir du sport propre », l’Agence a accueilli une délégation record de plus de 740 délégués de partout dans le monde.

Largement reconnu comme l’événement phare du calendrier de la lutte contre le dopage, le Symposium a attiré des experts antidopage de fédérations sportives internationales (FI), d’organisations nationales antidopage (ONAD), d’organisations régionales antidopage (ORAD), d’organisateurs de grandes manifestations (OGM), de comités nationaux olympiques (CNO), de laboratoires accrédités par l’AMA et, pour la première fois, de représentants gouvernementaux, ainsi que plus de 90 médias internationaux.

Lors du Symposium de trois jours, les délégués ont manifesté leur soutien à l’égard des éléments suivants :

  • le programme amélioré de supervision de la conformité de l’AMA et la mise en œuvre de sanctions calibrées et significatives en cas de non-conformité, qui renforceront la confiance des sportifs à l’égard du sport propre;
  • les enquêtes et le Programme des lanceurs d’alerte améliorés de l’Agence qui, par l’intermédiaire de la nouvelle plateforme Brisez le silence! de l’AMA, encourageront les sportifs et les autres intervenants à se manifester dans un cadre sûr et confidentiel;
  • l’appel des sportifs à l’élaboration d’une Charte des droits et des responsabilités des sportifs, et l’organisation d’un Forum mondial antidopage pour les sportifs en 2018 afin de faire résonner encore plus la voix des sportifs propres;
  • la collaboration constructive de tous les partenaires vers l’objectif commun de protection du sport propre.

Sir Craig Reedie, président de l’AMA, a ouvert le Symposium en livrant ses réflexions sur 2016 qui, de l’avis de tous, a été une période tumultueuse pour le mouvement antidopage et le sport, et en rappelant aux participants le consensus obtenu par les partenaires à la réunion du Conseil de fondation de l’Agence en novembre 2016. « Le Conseil s’est entendu sur une série de recommandations liées à la conformité, aux lanceurs d’alerte, à la gouvernance, aux laboratoires accrédités par l’AMA, à la sécurité informatique et à d’autres sujets, dans l’optique de renforcer et d’outiller l’AMA pour qu’elle soit adaptée pour l’avenir et capable de protéger les droits des sportifs propres partout dans le monde. Pour que l’AMA puisse satisfaire les attentes des sportifs propres, inutile de préciser qu’elle devra, en tant que chef de file du sport propre, obtenir un financement largement supérieur à son budget annuel de 30 millions de dollars US – un dossier qui est à l’étude actuellement. »

La « voix des sportifs » a été bien représentée au Symposium, notamment grâce à la participation de plus de 25 membres du Comité des sportifs de l’AMA et des présidents des comités de sportifs des FI et des ONAD. En évoquant l’année 2016 difficile et les nombreux appels lancés par les sportifs pour la reconnaissance et la protection de leurs droits en matière de sport propre, Beckie Scott, présidente du Comité des sportifs de l’AMA, a proposé l’élaboration d’une Charte des droits et des responsabilités des sportifs. Cette charte, qui nécessiterait d’importantes consultations auprès des partenaires avant que les sportifs puissent s’engager à la respecter et qu’elle soit ratifiée par les organisations antidopage à l’échelle mondiale, pourrait traiter de sujets comme l’accès à la formation, la protection de la vie privée et la représentation juridique. Le Comité des sportifs a également proposé un Appel à l’action distinct, qui cernerait et répondrait en priorité aux principales préoccupations des sportifs, comme la nécessité pour les OAD de rehausser la formation, la confiance, les ressources et la conformité. « Je suis très enthousiaste quand je pense aux conversations dynamiques que nous avons eues et aux réactions positives que nous avons reçues, a dit Mme Scott. Cela montre que ce groupe représentatif reconnaît clairement l’importance fondamentale de notre proposition, et qu’à la faveur de consultations avec les partenaires, nous pouvons élaborer un instrument puissant, apte à répondre à l’appel des sportifs pour la protection de leurs droits. »

Pour faire entendre haut et fort la voix des sportifs, le Comité des sportifs s’est également engagé à convoquer un Forum mondial des sportifs en 2018. Cet événement serait organisé par l’AMA, et il s’agirait de la première assemblée en son genre dans le domaine de la lutte contre le dopage.

« La conformité sera la grande priorité pour la communauté antidopage au cours des mois et des années à venir, a indiqué Olivier Niggli. Le message est très clair : si nous voulons intensifier nos efforts pour protéger le sport propre, nous devons travailler ensemble de façon plus constructive, écouter la voix des sportifs, ainsi qu’encourager et protéger les lanceurs d’alerte. » M. Niggli a ensuite fourni de plus amples renseignements sur les autres priorités de l’AMA en 2017 : étoffer le programme du Passeport biologique de l’athlète (PBA) et les connaissances scientifiques, accroître l’éducation axée sur la recherche en matière de lutte contre le dopage, travailler avec l’ensemble des partenaires afin de rehausser les capacités antidopage, gérer les conclusions de l’Enquête McLaren ayant révélé les manipulations institutionnalisées des procédures de contrôle du dopage en Russie, et appuyer l’Agence antidopage de Russie (RUSADA) dans sa démarche visant à redevenir conforme au Code mondial antidopage (le Code). En ce qui concerne la Russie, M. Niggli a fait le point sur la situation dans ce pays. « La Russie doit jouer un rôle moteur dans la reconstruction d’un programme antidopage crédible et autonome, a-t-il insisté. Les progrès jusqu’à présent sont limités, et il y a encore beaucoup à faire pour que RUSADA redevienne conforme. »

Les participants ont ensuite eu droit à une allocution de Pavel Kolobkov, ministre du Sport de la Russie, qui a parlé des activités de lutte contre le dopage en Russie, tout en admettant que le programme avait des lacunes.

Ensuite, le professeur Richard McLaren a présenté les leçons tirées de son enquête indépendante et rappelé aux délégués que le but de cet exercice était de confirmer l’existence de manipulations institutionnalisées des procédures de contrôle du dopage en Russie, et non de prouver des violations individuelles des règles antidopage.

Au premier jour du Symposium, Linda Hofstad Helleland, vice-présidente de l’AMA, ainsi que les membres du Comité des sportifs de l’AMA, ont donné le coup d’envoi à la nouvelle campagne de sensibilisation de l’Agence, qui sera déployée lors de manifestations sportives internationales afin de mobiliser encore plus les sportifs autour de la lutte contre le dopage.

Pour conclure cette première journée, les délégués ont pu assister à une captivante entrevue sur scène avec Toby Atkins, cycliste britannique et ancien lanceur d’alerte. Enfin, Gunter Younger, directeur, Renseignements et enquêtes, de l’AMA a donné une présentation sur le nouveau Programme des lanceurs d’alerte et la Politique et procédure de signalement de comportements répréhensibles de l’Agence, ainsi que sur le lancement de Brisez le silence!, la nouvelle plateforme numérique pour le signalement des violations des règles antidopage.

Les deux jours suivants, des séances dynamiques ont été organisées sur une foule de sujets : Renforcer l’indépendance des OAD; Mobiliser les sportifs à l’égard du processus antidopage; Explorer d’autres sources de financement pour les OAD; Les sports et les pays devraient-ils jouer eux-mêmes le rôle de police de l’antidopage? (débat); Améliorer les programmes d’éducation par des recherches en sciences sociales; Mettre sur pied un solide programme d’évaluation et de contrôle des risques de dopage; Optimiser la gestion des autorisations d’usage à des fins thérapeutiques; Questionnaire sur la conformité et processus de contrôle de la conformité de l’AMA; Stimuler les partenariats entre les gouvernements et le sport; Stimuler la collaboration entre les OAD et les laboratoires; et Améliorer l’efficacité des OAD dans le cadre du processus de gestion des résultats.

– FIN –

CONTACTS DE L'AMA POUR LES MÉDIAS 
Ben Nichols, responsable principal, Relations médias et communication
Téléphone: + 1-514-904-8225
Courriel: media@wada-ama.org

Maggie Durand, coordonnatrice, Relations médias et communication
Téléphone: + 1-514-904-8225
Courriel: media@wada-ama.org