1 Août 2016
Bookmark and Share

Déclaration de l’AMA concernant l’échéancier de l’Enquête McLaren et sur les questions relatives au dossier russe

L’Agence mondiale antidopage (AMA) a pris note des opinions exprimées par certaines personnes qui s’inquiètent du moment choisi pour la sortie du Rapport d’enquête indépendante McLaren, commandé par l’Agence qui a été publié par Richard H. McLaren le 18 juillet et qui a révélé la manipulation des procédures de contrôle du dopage par l’État russe, ainsi que des recommandations subséquentes de l’Agence; l’enquête et les recommandations ont mené à la décision du Comité international olympique (CIO) du 24 juillet.

L’AMA comprend que le moment de la publication du rapport de l’Enquête McLaren a été déstabilisant pour un certain nombre d’organisations qui sont en pleine préparation pour les Jeux olympiques et paralympiques de Rio. Cependant, elle souhaite clarifier que, dans les faits, elle a agi immédiatement à la suite des allégations au sujet de la Russie quand elle a eu les preuves corroborées et les pouvoirs pour agir en vertu du Code mondial antidopage (le Code).

Quand la chaîne allemande ARD a présenté en décembre 2014 son premier documentaire qui contenait des preuves corroborées, l’AMA a rapidement créé sa Commission indépendante. Celle-ci, qui était dirigée par Richard W. Pound, a commencé son enquête en janvier 2015 quand l’AMA a obtenu ses nouveaux pouvoirs d’enquête en vertu du Code 2015.

Voici ce qu’a déclaré Richard W. Pound à ce sujet : « Même si le rapport de notre Commission indépendante suggérait que le dopage en Russie ne se limitait vraisemblablement pas à l’athlétisme et que les services secrets russes étaient présents dans les laboratoires de Sotchi et de Moscou, la Commission n’a pas découvert de preuves concrètes indiquant que l’État russe manipulait les procédures de contrôle du dopage. La Commission Pound a utilisé tous les renseignements fournis par les lanceurs d’alerte; et pourtant, il n’y a pas eu de preuve concrète de manipulation de l’État ».

Le 9 novembre 2015, la Commission Pound a révélé l’existence du dopage à grande échelle dans le milieu de l’athlétisme russe. Le 10 novembre 2015, l’AMA a pris des mesures immédiates et décisives en fonction des recommandations de la Commission.

« C’est seulement lorsque l’émission 60 Minutes de CBS et le New York Times, respectivement les 8 et 12 mai 2016, , ont fait état des allégations de l’ancien directeur des laboratoires de Moscou et de Sotchi, Grigory Rodchenkov, que l’AMA a eu des preuves concrètes suggérant l’implication de l’État russe, implication sur laquelle il était possible d’investiguer en lançant l’Enquête McLaren, ce que nous avons fait immédiatement » a précisé Craig Reedie, président de l’AMA « Cette décision a été approuvée par le Comité exécutif et le Comité des sportifs de l’AMA » ajoute-t-il. « Il faut savoir que M. Rodchenkov a été entendu plusieurs fois par la Commission Pound en 2015 et qu’il n’a jamais fourni l’information qu’il a révélée plus tard au New York Times en mai 2016. Cette information a été corroborée, par la suite, dans le cadre de l’Enquête McLaren, qui a aussi dévoilé l’implication plus importante du laboratoire de Moscou. »

« Le Comité exécutif de l’AMA – composé d’un nombre égal de représentants du Mouvement olympique et des gouvernements mondiaux – a soutenu le mandat indépendant de M. McLaren, qui visait à obtenir des preuves le plus rapidement possible dans l’intérêt des sportifs propres, a poursuivi M. Reedie. Même si c’est déstabilisant à l’approche des Jeux, il est évident qu’en raison de la gravité des révélations, celles-ci devaient être publiées et des mesures devaient être prises sans tarder. »

Olivier Niggli, directeur général de l’AMA, indique qu’ « après la publication des critères du Comité olympique international le 24 juillet, l’Agence a facilité la transmission de l’information pertinente disponible à ce jour sur les sportifs individuels entre l’équipe de l’Enquête McLaren et les fédérations internationales. Cependant, il est important de noter que l’objectif de M. McLaren jusqu’à présent était d’établir l’implication de l’État russe et ne concernait pas les sportifs individuellement qui pouvaient en avoir profité. L’AMA continuera à soutenir les organisations antidopage en leur fournissant l’information à mesure qu’elle sera disponible dans le cadre de l’Enquête McLaren en cours. »

En ce qui concerne le processus d’accréditation et des tests d’aptitude des laboratoires antidopage de l’AMA, Olivier Niggli met l’accent sur les capacités techniques des laboratoires. Concernant le laboratoire de Moscou, l’AMA l’a suspendu en 2015 dès que des violations ont été identifiées par l’entremise de la Commission Pound. La lutte contre la corruption au sein du système antidopage – y compris l’interférence de l’État ou des services secrets dans les activités des laboratoires – sera l’un des sujets discutés lors de la tenue du premier groupe de réflexion qu’organisera l’AMA en septembre 2016 et qui réunira de nombreux partenaires.