30 Juin 2016
Bookmark and Share

La République centrafricaine ratifie la Convention antidopage de l’UNESCO

L’Agence mondiale antidopage (AMA) est heureuse d’annoncer que la République centrafricaine devient le 183e État partie à ratifier la Convention internationale de l’UNESCO contre le dopage dans le sport.

Avec cette annonce, il ne reste désormais que 12 pays dans le monde qui ne l’ont pas encore signée.

«Je me réjouis que la République centrafricaine a affirmé son engagement envers un sport sans dopage en ratifiant la Convention de l’UNESCO», a déclaré Olivier Niggli, directeur général de l’AMA. «La priorité de l’AMA est désormais de s’assurer que les pratiques de la Convention soient appliquées efficacement. Par ce geste, cela envoie un message fort aux athlètes du monde entier».

Adoptée le 19 octobre 2005, la Convention internationale contre le dopage dans le sport est l’instrument juridique par lequel les gouvernements formalisent leur engagement à l’égard de la lutte contre le dopage dans le sport. Comme de nombreux gouvernements ne peuvent être liés juridiquement par un document non gouvernemental tel que le Code mondial antidopage (le Code), cette convention leur permet d’harmoniser leurs politiques nationales avec les dispositions du Code et de continuer ainsi d’uniformiser la législation du sport et la législation publique dans le cadre de la lutte contre le dopage dans le sport. Selon les normes de l’UNESCO, cette convention a été rédigée, adoptée et ratifiée en un temps record.

Le pourcentage de la population mondiale qui a manifesté son engagement à promouvoir un sport propre en appuyant la Convention est de 98 %.