5 Mai 2016
Bookmark and Share

Déclaration du président de l'AMA concernant les suspensions récentes de laboratoires accrédités

En tant que président de l’Agence mondiale antidopage (AMA), je suis conscient du niveau élevé d’intérêt que suscite la récente suspension de l’accréditation des laboratoires de Beijing, Bloemfontein et Lisbonne. Je ne suis pas non plus sans savoir que ces suspensions surviennent à un moment où les yeux du monde du sport sont rivés sur les Jeux olympiques et paralympiques de Rio 2016. Inévitablement, certains sportifs se demanderont si, à la lumière de ces suspensions, ils peuvent continuer d’accorder leur pleine confiance aux procédures d’analyse d’échantillons aux fins de contrôle antidopage.

Il est important que les sportifs sachent que par suite de ces suspensions, tous les échantillons seront transportés en toute sécurité jusqu’à l’un des 31 laboratoires accrédités par l’AMA à l’échelle mondiale, ce qui permettra d’éviter toute lacune dans les procédures d’analyse et de garantir l’intégrité des échantillons. Je tiens à préciser que ces trois suspensions sont directement attribuables au renforcement du processus de surveillance des laboratoires de l’AMA. Les solides mécanismes que nous avons mis en place comprennent un Système d’évaluation externe de la qualité (EQAS) plus strict, ainsi que des visites de laboratoire plus fréquentes par des experts indépendants et le personnel de l’AMA. C’est précisément pour cette raison que les sportifs propres peuvent garder pleine confiance dans le système : si on détermine qu’un laboratoire n’est pas conforme aux standards de l’AMA, son accréditation est suspendue jusqu’à ce que les exigences nécessaires soient remplies.

En ce qui concerne les raisons particulières pour lesquelles un laboratoire pourrait voir son accréditation suspendue, l’AMA ne peut pas divulguer ces détails en raison des processus juridiques en cours, y compris le droit d’appel des laboratoires devant le Tribunal arbitral du sport (TAS). De façon générale, toutefois, les suspensions peuvent être dues à diverses raisons, comme une violation du Standard international pour les laboratoires (SIL), pouvant découler de problèmes administratifs ou organisationnels, ou encore une accumulation trop importante de « points de pénalité », du fait de l’EQAS de l’AMA. Si un laboratoire accumule 30 points ou plus durant une période d’évaluation, il peut être suspendu. À titre d’exemple, un laboratoire peut accumuler des « points de pénalité » s’il ne rend pas compte correctement des résultats relatifs aux échantillons « en aveugle » ou « en double aveugle » qu’ils auraient pu recevoir durant la période d’évaluation. Il faut également garder à l’esprit que compte tenu des difficultés croissantes auxquelles les laboratoires font face sur le plan analytique, sachant que de nouvelles substances sont constamment ajoutées à la Liste des interdictions, une suspension peut résulter d’équipements insuffisants ou désuets, ce qui peut avoir un impact direct sur la capacité des laboratoires à analyser les échantillons de façon efficace. 

Si, par exemple, on permettait à un laboratoire ayant fait état de « faux résultats négatifs » (résultats positifs déclarés à tort comme étant négatifs) de continuer d’effectuer des analyses, cela entraînerait un gaspillage de ressources pour le système antidopage et nuirait à la protection des sportifs propres. La solution la plus favorable, et de loin, pour les sportifs propres et l’ensemble du système antidopage consiste à suspendre le laboratoire jusqu’à ce qu’il ait remédié à tout problème récurrent. Il ne fait aucun doute que les problèmes doivent être corrigés sur-le-champ avec les laboratoires en cause, une approche que l’AMA continuera d’appliquer dans le cadre de son  programme de surveillance de la qualité.

Par ailleurs, les sportifs ne doivent pas s’inquiéter du fait qu’une suspension puisse compromettre, de quelque façon que ce soit, les analyses effectuées antérieurement par le laboratoire, étant donné que l’AMA exige des laboratoires suspendus qu’ils réévaluent les résultats d’analyses antérieures et réanalysent les échantillons des sportifs récoltés durant une période déterminée, selon les besoins. Il s’agit d’un important mécanisme de protection des sportifs propres.

Je peux vous assurer que l’AMA est déterminée à aider tous ses laboratoires accrédités à maintenir ou à atteindre les standards de surveillance plus stricts de l’Agence. Les sportifs propres peuvent avoir la certitude que c’est là un maillon fort de la chaîne de la lutte contre le dopage.

L’AMA continuera de travailler avec les laboratoires suspendus pour veiller à ce que toutes les exigences nécessaires soient remplies.