15 Mars 2016
Bookmark and Share

Le président de l’AMA sollicite l’aide des télédiffuseurs et des sponsors pour financer le sport propre

Dans son discours d’ouverture du Symposium annuel de l’AMA pour les organisations antidopage (OAD), qui a eu lieu à Lausanne, en Suisse, le président de l’AMA, Sir Craig Reedie, a décrit en quoi « la confiance du public dans le sport propre a été ébranlée en 2015 plus que jamais auparavant ».

« Nous sommes au pied du mur et le public exige des réponses. Mais nous sommes déterminés à redresser la situation par de robustes programmes antidopage», a-t-il promis.

Au sujet du rapport de la Commission indépendante (CI) sur l’athlétisme en Russie, Sir Reedie a déclaré que si l’enquête a grandement troublé le monde du sport, elle a tout de même été d’une importance capitale – en démontrant le rôle des investigations dans la lutte moderne contre le dopage.

Il a également profité de l’occasion pour remercier les lanceurs d’alerte Russes Vitaly et Yuliya Stepanov d’avoir dénoncé le problème du dopage en Russie. « L’AMA continuera de collaborer de près avec les dénonciateurs et les médias, a-t-il affirmé, et nous mettrons en place des mesures plus efficaces pour protéger ceux qui signalent des irrégularités. Après tout, nous voulons tous la même chose : un sport propre. »

Sir Reedie a de plus évoqué la nécessité d’adopter des lois adéquates dans chaque pays pour protéger les sportifs propres, soulignant que même si le secteur antidopage récolte aujourd’hui les fruits de son association avec les autorités chargées de l'application des lois, « afin de réaliser le plein potentiel de cette association et d’appuyer pleinement les efforts en matière d’enquêtes, les gouvernements doivent adopter une législation appropriée pour permettre aux forces de l’ordre de mener des enquêtes approfondies et pour faciliter un échange d’information libre et efficace. »

Il a aussi pris acte des appels de sportifs du monde entier ainsi que de la présidente du Comité des sportifs de l’AMA, Beckie Scott, demandant l’élargissement des enquêtes sur le sport en Russie ainsi que dans d’autres pays soupçonnés d’être aux prises avec des problèmes de dopage : « La présidente du Comité des sportifs de l’AMA et moi réanalyserons les preuves dont dispose la Commission indépendante, demanderons aux membres de la Commission de chercher à mieux comprendre la force de l’information que contient le rapport, communiquerons avec mes homologues des autres fédérations sportives et organisations nationales antidopage (ONAD) pertinentes dont fait mention le rapport de la CI, afin de déterminer si l’information est suffisante pour proposer une enquête complémentaire au Comité exécutif de l’AMA, dont le financement resterait à établir. »

Sir Reedie a souligné le besoin d’un meilleur financement de l’AMA afin de permettre au secteur antidopage de mener des programmes efficaces : « Nous [l’AMA] fonctionnons avec un budget annuel d’environ 26 millions de dollars US. Si les enquêtes exhaustives deviennent la norme, nous devrons bien évidemment explorer de nouvelles sources de financement pour notre communauté. » Il a insisté sur la nécessité de sortir des sentiers battus pour trouver ce financement supplémentaire, et soutenu l’idée que les télédiffuseurs et les sponsors financent la demande de sport propre du public : « J’entends des appels de plus en plus véhéments pour le financement de la lutte antidopage à même les millions de dollars versés en droits de télévision pour les manifestations sportives. Cette idée que j’ai suggérée aux grandes fédérations sportives et aux principaux télédiffuseurs est audacieuse, certes, mais il est grand temps de l’envisager avec sérieux. Je crois aussi que les principaux sponsors du domaine sportif devraient commencer à songer à leur contribution au financement du sport propre. »

Pour conclure son discours, Sir Reedie a admis : « Le monde du sport a eu son avertissement, et la communauté antidopage se doit de trouver des réponses aux questions qui se posent aujourd’hui si nous voulons rétablir la confiance et redonner au sport sa crédibilité. »