16 Mars 2016
Bookmark and Share

L’AMA tient son 12e Symposium pour les organisations antidopage sur le thème de la protection des sportifs propres

L’Agence accueille plus de 500 délégués dans un contexte où le dopage est plus que jamais d’actualité

Lausanne, le 16 mars 2016 – Cette semaine, l’Agence mondiale antidopage (AMA) a accueilli un nombre record de délégués de partout dans le monde, soit plus de 500, à l’occasion de son 12e Symposium pour les organisations antidopage (OAD), au Palais de Beaulieu, afin de discuter de la voie à suivre en matière de protection des sportifs propres. Cet événement, qui s’est déroulé du 14 au 16 mars, a attiré des experts antidopage des fédérations sportives internationales (FI), des organisations nationales antidopage (ONAD), des organisations régionales antidopage (ORAD), des organisateurs de grandes manifestations sportives, des laboratoires accrédités par l’AMA et d’autres partenaires, ainsi que plus de 50 médias internationaux – tous des intervenants essentiels au mouvement pour un sport propre.

Étant donné que les partenariats et les pratiques de qualité, en vertu du Code mondial antidopage 2015, sont essentiels à l’organisation d’une campagne collaborative fructueuse pour un sport propre, le Symposium était axé sur le thème « Ensemble vers la qualité » et, en définitive, a concentré l’attention des délégués sur les sportifs propres et sur la façon dont nous pouvons protéger leur droit au sport sans dopage.

« En cette année d’intérêt accru pour les questions d’antidopage à l’échelle mondiale, a déclaré Frédéric Donzé, directeur du bureau régional européen et des relations avec les FI de l’AMA,  qui a organisé et animé l’événement, le Symposium de l’AMA a fourni à l’Agence et à ses partenaires l’occasion idéale de se réunir sous un même toit et de discuter des développements récents, d’échanger sur les défis et les occasions qui se présentent, de mettre en commun leurs meilleures pratiques et, de façon générale, de faire le point sur leur démarche commune visant à protéger le sport propre partout dans le monde. »

« À la lumière des événements récents, a affirmé Sir Craig Reedie, président de l’AMA, dans le cadre de son allocution, il est évident que l’AMA et la communauté antidopage font face à un moment charnière de leur courte histoire. La confiance du public a été fortement ébranlée, et il appartient à la communauté antidopage de redresser les torts et de transformer cette période d’adversité en opportunité. Le monde du sport, a-t-il conclu, a reçu un puissant avertissement, et la communauté antidopage doit trouver des réponses aux questions qui lui sont posées aujourd’hui si elle veut restaurer la confiance du public et redonner au sport sa crédibilité. »

Une série de séances plénières, s’articulant autour de différents sous-thèmes, étaient au programme du Symposium : comment le Code mondial antidopage 2015 a changé la donne, comment tirer parti des grandes manifestations pour protéger les sportifs propres, comment les sciences peuvent appuyer des programmes de qualité, et la coordination antidopage. Le dernier jour de l’événement, des ateliers pratiques ont eu lieu sur l’éducation, les stratégies de contrôles, la gestion des résultats, la conservation des échantillons et les nouvelles analyses, et les mécanismes de signalement des cas de dopage.

En outre, des entrevues ont été réalisées avec Richard W. Pound, président fondateur de l’AMA et président de la Commission indépendante ayant enquêté et produit un rapport sur les allégations de dopage dans le sport en Russie, et Lord Sebastian Coe, président de l’Association internationale des fédérations d'athlétisme, qui a évoqué son histoire personnelle et livré ses réflexions sur l’antidopage à la lumière des révélations de la Commission.