11 Janvier 2016
Bookmark and Share

L'AMA salue la décision du TAS d'admettre son appel dans le cas de l'AFL

L’Agence est heureuse de voir les droits des sportifs propres ainsi défendus

L’Agence mondiale antidopage (AMA) salue la décision annoncée aujourd’hui par le Tribunal arbitral du sport (TAS) d’admettre son appel visant à prendre des sanctions contre 34 sportifs anciens et actuels (les « Joueurs ») de l’Essendon Football Club (Essendon) de l’Australian Football League (AFL), qui ont joué pour Essendon durant la saison 2012. 

En février 2013, l’Australian Crime Commission (ACC) a publié le rapport Organised Crime and Drugs in Sport, qui fait état d’allégations de dopage généralisé dans le sport australien. À la lumière de ce rapport, en juin 2014, l’ASADA a engagé une action contre les Joueurs, par l’intermédiaire du Tribunal antidopage de l’AFL (le « Tribunal de l’AFL »), alléguant qu’ils auraient eu recours à la thymosine bêta-4, une substance interdite, pour se doper. En mars 2015, le Tribunal de l’AFL a décidé que les Joueurs devaient être exonérés de tout blâme, déclarant ne pas être pleinement convaincu qu’ils avaient violé une règle antidopage pour avoir recouru à la thymosine bêta-4 durant la saison 2012. En mai 2015, l’AMA a fait valoir son droit d’appel indépendant devant le TAS.

« La décision d’aujourd’hui représente un pas dans la bonne direction pour la communauté antidopage, affirme David Howman, directeur général de l’AMA, mais constitue surtout un acte de justice pour les sportifs propres en Australie et partout dans le monde. Cette affaire montre que les preuves analytiques et non analytiques peuvent être présentées avec succès devant un comité indépendant. »

« L’AMA est heureuse que le comité du TAS ait fait respecter les normes de preuve prévues au Code mondial antidopage, déclare M. Howman. Si la décision du Tribunal de l’AFL avait été maintenue, elle aurait établi un dangereux précédent pour les futurs cas antidopage fondés sur des données non analytiques et, par conséquent, aurait nui aux efforts de lutte antidopage à l’échelle mondiale. »

Il est mentionné ce qui suit dans la décision du TAS : « Les 34 joueurs concernés sont sanctionnés d’une période de suspension de deux ans commençant le 31 mars 2015, dont sera déduite toute période de suspension individuelle déjà purgée. Par conséquent, la plupart des suspensions prendront fin en novembre 2016 ».