22 Septembre 2015
Bookmark and Share

L’AMA et la Chine signent une entente sans précédent visant à éliminer la fabrication et la distribution illégales de substances améliorant la performance

Création d’un partenariat dans la foulée de la récente saisie par la DEA de stéroïdes et de substances améliorant la performance provenant en majorité de laboratoires chinois

L’Agence mondiale antidopage (AMA) et l’Administration générale d’État pour le sport de la Chine (AGSC) ont signé une entente de principe qui contribuera au dépistage et à l’élimination des activités illégales de fabrication et de distribution de substances améliorant la performance, ainsi que de leurs matières premières, en Chine.

Le partenariat ainsi établi représente un pas important dans l’effort concerté des autorités antidopage et des forces de l’ordre pour mettre un frein à la production illégale de substances améliorant la performance en Chine, qui sont ensuite exportées à l’étranger pour parvenir trop souvent entre les mains de sportifs. L’entente survient à un moment opportun, à la suite de la récente enquête menée par la DEA (Drug Enforcement Administration) américaine, baptisée Opération Cyber Juice, qui a permis de saisir une importante quantité de produits dopants, dont la plupart ont été obtenus sur Internet auprès d’entreprises de produits chimiques et de laboratoires chinois.

« L’AMA est heureuse de s’associer à l’AGSC pour éliminer la fabrication et la distribution illégales de substances améliorant la performance, affirme le directeur général de l’AMA, David Howman. Les agences gouvernementales et les forces de l'ordre ont réalisé d’immenses progrès ces dernières années pour démanteler des réseaux de dopage de grande envergure, notamment grâce à leur relation avec la communauté antidopage, ce qui a contribué à éviter que des produits dopants ne se retrouvent entre les mains de sportifs. »

Aux termes de l’entente, l’AMA et INTERPOL fourniront des informations aux autorités policières chinoises afin de les aider à cibler et à démanteler les réseaux de producteurs et de fournisseurs de substances améliorant la performance en Chine. Le projet encouragera les forces de l’ordre d’autres pays à mener des enquêtes en vue d’arrêter les acheteurs illégaux de ces substances, grâce aux renseignements reçus des agences gouvernementales chinoises. L’entente permettra en outre aux autorités antidopage du monde entier d’utiliser l’information diffusée par les agences gouvernementales chinoises et étrangères afin d’enquêter sur de possibles violations des règles antidopage qui figurent au Code mondial antidopage révisé.

« Les informations recueillies dans le cadre de ces enquêtes sont extrêmement utiles aux autorités sportives et antidopage, qui peuvent ensuite établir si des violations des règles antidopage ont été commises par des sportifs et leur entourage, ajoute M. Howman. En établissant des partenariats comme celui-ci, l’AMA et la communauté antidopage au sens large ajoutent une corde à leur arc. Le partage d’informations et les enquêtes sur le trafic de substances dopantes, avec des organisations qui ont le pouvoir de réduire et d’éliminer la production et le commerce de substances illégales améliorant la performance et leurs matières premières, présentent un potentiel énorme dans un pays qui connaît un problème de vente et d’exportation illégales de substances interdites. »

Dans le cadre du projet, l’AGSC a établi des rapports officiels avec des organisations de tout le secteur chargé de l’application de la loi en Chine et leurs homologues du monde entier. L’équipe du projet comprendra des représentants des organismes gouvernementaux, dont les services de police, les autorités douanières, l’Administration générale d’État pour le contrôle des produits alimentaires et pharmaceutiques et l’Agence antidopage de Chine (CHINADA). INTERPOL et l’Organisation mondiale des douanes, tous deux partenaires officiels de l’AMA, auront également un rôle à jouer.