26 Août 2015
Bookmark and Share

Djibouti est le dernier pays à ratifier la Convention antidopage de l'UNESCO

L’État africain de Djibouti devient le cinquième pays à ratifier la Convention au cours des trois derniers mois

L’Agence mondiale antidopage (AMA) a le plaisir d’annoncer que Djibouti est devenu le 182e pays à ratifier la Convention internationale de l’UNESCO contre le dopage dans le sport.

Avec l’engagement de Djibouti à respecter la Convention, il ne reste désormais que 13 pays dans le monde à ne pas l’avoir signée.

Le président de l’AMA, Sir Craig Reedie, a déclaré : « La communauté antidopage a été heureuse d’apprendre au cours des dernières semaines que Kiribati, le Honduras, la Palestine et les Îles Salomon ont ratifié la Convention. Je me réjouis de cette nouvelle qui arrive au moment opportun, soit à une semaine de l’ouverture des 11es Jeux africains. En s’engageant à respecter la Convention, Djibouti envoie le bon message à ses sportifs et à tous ceux de l’Afrique et du monde entier.

« Je salue le travail de M. Badoul Hassan Badoul, ministre de la Jeunesse et des Sports de Djibouti, pour sa contribution à cet engagement. »

Adoptée le 19 octobre 2005, la Convention internationale contre le dopage dans le sport est l’instrument juridique par lequel les gouvernements formalisent leur engagement à l’égard de la lutte contre le dopage dans le sport. Comme de nombreux gouvernements ne peuvent être liés juridiquement par un document non gouvernemental tel que le Code mondial antidopage (Code), cette convention leur permet d’harmoniser leurs politiques nationales avec les dispositions du Code et de continuer ainsi d’uniformiser la législation du sport et la législation publique dans le cadre de la lutte contre le dopage dans le sport. Selon les normes de l’UNESCO, cette convention a été rédigée, adoptée et ratifiée en un temps record.

La proportion de la population mondiale qui a manifesté son engagement à promouvoir un sport propre en appuyant la Convention reste de 98 %.