23 Juin 2015
Bookmark and Share

La Palestine devient le 180e État à ratifier la Convention internationale de l’UNESCO

Avec la signature de la Palestine, il ne reste que 15 pays qui n’ont pas encore ratifié la Convention 

L’Agence mondiale antidopage (AMA) est heureuse d’annoncer que l’État de la Palestine est devenu le 180e pays à ratifier la Convention internationale contre le dopage dans le sport.

Compte tenu de l’engagement de la Palestine à respecter la Convention, il ne reste désormais que 15 pays dans le monde à ne pas l’avoir signée.

Le président de l’AMA, Sir Craig Reedie, a déclaré : « L’adhésion de la Palestine à la lutte contre le dopage constitue une excellente nouvelle non seulement pour ses athlètes, mais aussi pour le mouvement mondial pour un sport sans dopage. 

« Avec la signature récente de Kiribati et du Honduras, a ajouté Sir Reedie, la Palestine devient le troisième État à ratifier la Convention en autant de semaines. Cela témoigne du grand dynamisme de la communauté antidopage, après l’adoption du Code mondial antidopage révisé plus tôt cette année. Je tiens à remercier personnellement le ministre palestinien des Sports, le général Jibril Alrjoub, dont l’appui a été tout à fait déterminant. »

Maintenant que la Palestine a signé la Convention, la proportion de la population mondiale qui a manifesté son engagement à promouvoir un sport propre en appuyant la Convention reste de 98 %.

Adoptée le 19 octobre 2005, la Convention internationale contre le dopage dans le sport est l’instrument juridique par lequel les gouvernements formalisent leur engagement à l’égard de la lutte contre le dopage dans le sport. Comme de nombreux gouvernements ne peuvent être liés juridiquement par un document non gouvernemental tel que le Code mondial antidopage (Code), cette convention leur permet d’harmoniser leurs politiques nationales avec les dispositions du Code et de continuer ainsi d’uniformiser la législation du sport et la législation publique dans le cadre de la lutte contre le dopage dans le sport. Selon les normes de l’UNESCO, cette convention a été rédigée, adoptée et ratifiée en un temps record.