4 Mai 2015
Bookmark and Share

INTERPOL émet une alerte mondiale concernant un produit amaigrissant illégal potentiellement mortel

L’Agence mondiale antidopage exhorte les sportifs à éviter le DNP

INTERPOL a émis une alerte mondiale à l’égard du 2,4-dinitrophénol (DNP), un médicament illégal et potentiellement mortel utilisé pour stimuler la perte de poids et la musculation.

La notice orange à propos du DNP, aussi utilisé pour la fabrication d’explosifs, fait suite au décès d’une femme au Royaume-Uni et à un cas d’intoxication grave chez un Français; tous deux avaient consommé du DNP.

En vertu de son projet antidopage, INTERPOL a collaboré avec l’Agence mondiale antidopage (AMA), qui lui a fourni de l’information supplémentaire après que l’un de ses laboratoires accrédités ait reçu un échantillon de la substance à la suite d’une saisie en Australie.

Émise à la demande de l’Office central de lutte contre les atteintes à l’environnement et à la santé publique (OCLAESP) du ministère français de l’Intérieur, l’alerte a été transmise aux forces de l’ordre des 190 pays membres. Une version destinée au public a également été diffusée dans un effort de sensibilisation.

Bien que généralement vendu sous forme de poudre jaune ou de gélule, le DNP est aussi offert en crème. Outre les dangers intrinsèques que présente le DNP, les risques associés à son utilisation sont amplifiés du fait de sa fabrication illégale. 

En plus d’opérer dans des laboratoires clandestins qui ne sont soumis à aucune règle d’hygiène, les fabricants ne possèdent pas l’expertise nécessaire pour produire une telle substance, exposant ainsi les consommateurs à un risque accru de surdose. Dans les années 1930, le DNP était utilisé pour stimuler le métabolisme et la perte de poids, mais il a toutefois été retiré de la circulation après avoir causé plusieurs décès. 

« L’Agence mondiale antidopage, déclare David Howman, directeur général de l’AMA, exhorte les sportifs à éviter à tout prix le 2,4-dinitrophénol (DNP). Ce produit compte non seulement parmi les substances non approuvées de la Liste des interdictions de l’AMA, mais il est aussi très dangereux. Il n’a en outre reçu l’aval d’aucun organisme gouvernemental de réglementation en matière de santé pour un usage à des fins thérapeutiques chez l’humain. Aucun sportif ne devrait même envisager de consommer une substance illégale présentant un risque aussi élevé et dont les conséquences pourraient s’avérer mortelles. » 

« Nous sommes heureux, ajoute M. Howman, qu’INTERPOL ait émis cette alerte mondiale à l’égard du DNP. Nous avons là un exemple parfait de l’importance pour les forces de l’ordre et les organisations antidopage de continuer à entretenir des liens étroits afin d’éviter que les substances dangereuses et potentiellement mortelles comme le DNP se retrouvent dans les mains des sportifs. »

Dans le cadre de sa collaboration avec l’AMA, et avec l’aide de policiers nationaux et d’agents de douane spécialisés, l’unité antidopage d’INTERPOL s’attaque au dopage chez les athlètes de haut niveau ainsi qu’à la production et à la distribution sur le marché noir de substances améliorant les performances qui sont interdites. 

Chaque année, INTERPOL coordonne l’opération Pangea, une semaine d’action internationale visant à contrer la vente en ligne de médicaments contrefaits et illégaux et à souligner les dangers d’acheter des médicaments en ligne. 

Cette initiative, menée avec la participation d’autorités douanières, d’organismes de réglementation en matière de santé, de corps de police nationaux et d’acteurs du secteur privé du monde entier, cible les principaux éléments qui rendent possible la vente de médicaments illégaux sur le Web : les fournisseurs de services internet, les systèmes de paiement et les services de livraison.