7 Novembre 2014
Bookmark and Share

La Nouvelle-Zélande contribue au fonds de recherche antidopage

La Nouvelle-Zélande est devenue le sixième pays à contribuer au fonds de recherche antidopage créé par le Comité international olympique (CIO).

La Nouvelle-Zélande a investi 20 000 $ US au fonds des gouvernements dont l’objectif, rappelons-le, est d’égaler la marque de 10 millions de dollars US que le CIO s’est engagé à verser dans la recherche antidopage. Cet engagement financier de la Nouvelle-Zélande favorisera grandement les efforts du CIO et de l’AMA en matière de recherche antidopage ciblant les sportifs, notamment l’élaboration de nouvelles méthodes de détection de substances et de méthodes interdites.

Les gouvernements ont jusqu’au 16 novembre pour contribuer et faire en sorte que le fonds de recherche conjoint CIO-AMA atteigne les 20 M $ US.

Le président de l’AMA, Sir Craig Reedie, a déclaré : « La grande ferveur de la Nouvelle-Zélande pour le sport et le franc jeu est incontestable. Je me réjouis donc de voir ce pays manifester son soutien financier à l’une des sphères prioritaires de l’antidopage : la recherche.

« Je tiens à remercier le directeur général de Drug Free Sport New Zealand, Graeme Steele, le président du même organisme, le juge Warwick Gendall, et le gouvernement néo-zélandais pour leur soutien continu au sport propre. »

Parmi les autres pays ayant contribué au fonds du CIO, notons la Corée, l’Arabie saoudite, la Chine, la Turquie et les États-Unis.