12 Septembre 2013
Bookmark and Share

Réunion du Comité exécutif de l’AMA à Buenos Aires

Les représentants de l’Agence mondiale antidopage (AMA) se sont réunis aujourd’hui à Buenos Aires, où son Comité exécutif a discuté des dernières avancées liées au Code révisé et aux Standards internationaux, du financement de projets de recherche scientifique, du développement d’un réseau de laboratoires antidopage, de l’introduction du module stéroïdien, de la Liste des interdictions 2014 et du Programme de surveillance.

Liste des interdictions

Le Comité exécutif a approuvé la Liste des substances et méthodes interdites 2014, dont la nouvelle version sera publiée le 1er octobre 2013 et entrera en vigueur le 1er janvier 2014.

La Liste des interdictions est l’une des pierres angulaires de la lutte contre le dopage dans le sport. Elle indique les substances et méthodes interdites dans le sport. Sa mise en place est obligatoire pour toutes les organisations signataires du Code mondial antidopage.

La révision annuelle de la Liste se veut un processus hautement consultatif facilité par l’AMA et amorcé par la diffusion à toutes les parties prenantes d’un projet de Liste. Tous les commentaires recueillis sont examinés par le groupe d’experts Liste, qui présente ensuite ses conclusions au Comité Santé, médecine et recherche de l’AMA.

Les recommandations sont ensuite présentées aux membres du Comité exécutif de l’AMA, qui en discutent avant de prendre une décision finale à sa réunion de septembre.

« Le rôle de l’AMA est de diriger et d’orienter les débats scientifiques et d’agir à titre de catalyseur pour favoriser les avancées scientifiques dans la lutte contre le dopage dans le sport. La révision de la Liste a constitué - et constitue toujours - une composante clé de ce mandat », expliquait M. John Fahey, président de l’AMA.

« La Liste est mise à jour annuellement au terme de vastes consultations démocratiques auprès de nos partenaires. Depuis 2004 - année où l’AMA est devenue responsable de la Liste – nous sommes confiants d’avoir élaboré un processus efficace nous permettant de présenter un document des plus complets qui soient.

« Chaque année, l’AMA est confrontée à de nouveaux défis sur le plan scientifique et médical. La mise à jour annuelle de la Liste est un moyen d’être au fait de ces défis », ajoutait M. Fahey.

« Les changements à la version 2014 permettront d’apporter plus de précisions à la Liste, et par conséquent, ce document servira mieux la communauté antidopage du monde entier. »

Programme de surveillance

En consultation avec les signataires et les gouvernements, l’AMA a le mandat d’établir un programme de surveillance portant sur des substances ne figurant pas dans la Liste des interdictions, mais qu’elle souhaite surveiller pour pouvoir en déterminer la prévalence d’usage dans le sport.

L’AMA a ajouté à son Programme de surveillance 2014 les stimulants suivants : bupropion, caféine, nicotine, phényléphrine, phénylpropanolamine, pipradrol, pseudoéphédrine (< 150 mcg / mL) et synéphrine, ainsi que les narcotiques suivants : hydrocodone, mitragynine, ratio morphine/codéine, tapentadol et tramadol. Le mésusage de ces substances doit être surveillé en compétition. En outre, les glucocorticostéroïdes ont été ajoutés comme catégorie à surveiller hors compétition.

Code mondial antidopage 2015 et Standards internationaux

À la suite de vastes consultations auprès de tous les partenaires, l’équipe de rédaction du Code a continué d’examiner les commentaires soumis par les partenaires et les membres du Comité exécutif.

Le Comité exécutif a discuté des changements proposés au Code 2015 et à ses Standards internationaux connexes sur les contrôles et les enquêtes (SICE), l’autorisation d’usage à des fins thérapeutiques (SIAUT), les laboratoires (SIL) et la protection des renseignements personnels (SIPRP), et en a approuvé les dernières versions provisoires.

Les projets finaux du Code 2015 et des Standards internationaux seront adoptés à la quatrième Conférence mondiale sur le dopage dans le sport qui se tiendra à Johannesburg en novembre 2013.

Nouveaux projets de recherche scientifique

Comme il le fait chaque année à sa réunion de septembre, le Comité exécutif de l’AMA a également approuvé le financement de différents projets de recherche scientifique.

Cette année, 103 chercheurs de 30 pays, représentés sur cinq continents, ont soumis des projets de recherche à l’AMA. Au terme d’un processus de révision par le Comité Santé, médecine et recherche, l’AMA a retenu 29 projets aux fins de financement.

Ces projets permettront de faire avancer la recherche antidopage dans des domaines tels que le profilage longitudinal pour le mésusage de la testostérone, les nouveaux défis reliés à la détection de l’insuline, de transfusions de sang autologue, d’EPO et de dopage génétique. La description de chacun des projets sera diffusée sur le site Web de l’AMA une fois les ententes conclues.

Si le cas s’applique, ces projets feront l’objet d’un examen plus approfondi par des réviseurs indépendants en éthique; cette étape sera complétée dans les mois à venir.

« La recherche scientifique s’avère essentielle dans la lutte contre le dopage dans le sport », déclarait John Fahey. Conjointement à d’autres techniques, dont les méthodes d’enquêtes et non analytiques, la recherche scientifique reste au cœur de notre stratégie et constitue un élément crucial, surtout lorsqu’il est question d’améliorer nos méthodes de détection et d’identifier les tendances de dopage. L’AMA confirme son engagement en déployant d’importantes ressources humaines et financières à la recherche. Ce faisant, l’Agence collabore étroitement avec les experts scientifiques externes et de l’industrie pharmaceutique et des biotechnologies, afin de favoriser les avancées scientifiques en antidopage. »

Développement d’un réseau de laboratoires antidopage

Le Comité exécutif a approuvé la stratégie sur le développement futur d’un réseau de laboratoires antidopage.

À ce jour, l’AMA compte 33 laboratoires accrédités qui forment le réseau mondial actuel de laboratoires autorisés à effectuer des analyses antidopage. Le Comité exécutif a approuvé un nombre maximum de 40 laboratoires pouvant être accrédités par l’AMA au cours des cinq (5) prochaines années. Cette mesure prévoit également une meilleure répartition mondiale et régionale. En outre, le Comité a endossé la recommandation d’accroître la capacité des régions et des pays aux moyens limités à réaliser des analyses hématologiques.

Le département Science de l’AMA a consacré en 2012 plus de 30% de son budget opérationnel aux activités des laboratoires antidopage, conformément à sa croissance continue des dernières années.

Introduction du module stéroïdien

Le Comité exécutif a approuvé le document technique Guide au rapport et à l’évaluation de résultats pour les stéroïdes anabolisants androgènes endogènes (TD2014EAAS) qui entrera en vigueur le 1er janvier 2014. Ce document essentiel permet l’intégration du module stéroïdien du Passeport biologique de l’Athlète (PBA) dans ADAMS.

Le principe fondamental du module stéroïdien, à l’instar de celui du module hématologique déjà en place, est basé sur le suivi au fil du temps de variables biologiques sélectionnées qui révèlent indirectement les possibilités de dopage.

L’AMA prépare actuellement les lignes directrices et les documents nécessaires à la gestion du module stéroïdien. Ces documents seront publiés avant la fin de l’année, et bien avant le lancement du module.

« Cette étape est très prometteuse pour la lutte contre le dopage dans le sport », déclarait John Fahey. Nous espérons une implantation à grande échelle par les organisations antidopage dans les mois à venir. »

Prochaine réunion

La prochaine réunion du Comité exécutif aura lieu le 12 novembre 2013, à Johannesburg.