12 Avril 2013
Bookmark and Share

L’AMA retourne à Montevideo pour discuter d’éducation

Le développement et la mise en place de programmes d’éducation antidopage étaient à nouveau parmi les priorités à l’ordre du jour du troisième symposium de l’AMA sur l’éducation tenu à Montevideo (Uruguay).

Quelque 35 représentants de 20 pays hispanophones des Caraïbes et d’Amérique latine ont pris part à l’événement accueilli par le ministère national des Sports de l’Uruguay, les 10 et 11 avril. Le directeur général de l’AMA, David Howman, a inauguré l’événement aux côtés de la ministre du Tourisme et des Sports de l’Uruguay, Mme Lilián Kechician, et du directeur du ministère national des Sports, M. Ernesto Irurueta.

« L’information et l’éducation sont des composantes obligatoires en vertu du Code mondial antidopage et constituent des piliers essentiels dans la lutte contre le dopage dans le sport. L’événement était l’occasion pour la communauté antidopage d’Amérique latine de partager des idées permettant d’informer et de sensibiliser les jeunes aux dangers du dopage, en misant sur l’importance des valeurs sportives », déclarait le directeur général de l’AMA, David Howman.

Dans son discours de bienvenue, M. Howman a rappelé aux participants que les choses avaient changé depuis leur jeunesse et que nous devions sortir des sentiers battus afin de trouver des moyens de toucher la génération de sportifs d’aujourd’hui et celle de demain. 

Le programme du symposium de deux jours comportait un survol du travail de l’AMA en Amérique latine et des présentations sur les meilleures façons d’élaborer et de mettre en œuvre un programme éducatif antidopage. Les nombreuses séances en petits groupes ont donné l’occasion aux différents pays de partager leurs idées et d’élaborer des plans d’éducation antidopage.

Comme ce fut le cas lors des derniers symposiums – tenus respectivement à Johannesburg (Afrique du Sud) en 2011 et à Shanghai (Chine) en 2012 –, les participants étaient encouragés à considérer différentes options pour pallier les difficultés d’ordre financier ou de ressources humaines associées à la mise en place de programmes d’éducation antidopage. Il a notamment été question de l’utilisation des ressources actuelles, de la mobilisation des partenariats et de la demande de financement auprès du Fonds de l’UNESCO pour l’élimination du dopage dans le sport.

« L’objectif du symposium était de donner à nos partenaires d’Amérique latine une orientation claire sur l’éducation antidopage et de leur fournir des outils efficaces pour démarrer leurs programmes », déclarait Rob Koehler, directeur Éducation et Programme de développement à l’AMA.

« L’AMA aimerait consacrer plus d’efforts au soutien des partenaires dans la mise en œuvre de leurs programmes d’éducation, et ce, en collaborant étroitement avec eux et en établissant des stratégies axées sur les pratiques exemplaires. Le symposium constitue l’un des multiples moyens d’atteindre cet objectif. »

L’un des résultats importants du symposium a été l’élaboration de la Déclaration de Montevideo sur l’éducation antidopage, mise de l’avant par les participants et ayant pour but d’assurer l’application efficace des théories et des travaux abordés dans le cadre du symposium.

L’AMA a participé à de nombreuses activités de développement des capacités en éducation antidopage en Amérique latine depuis le symposium sur l’éducation organisé en 2005, à Montevideo.