26 Février 2013
Bookmark and Share

Séminaire conjoint AMA-JADA sur les autorisations d’usage à des fins thérapeutiques

Des représentants de 27 pays asiatiques se sont réunis à Tokyo le mois dernier afin d’évaluer les autorisations d’usage à des fins thérapeutiques (AUT) dans les programmes antidopage.

Le séminaire de deux jours était organisé conjointement par l’Agence antidopage du Japon (JADA) et l’Agence mondiale antidopage (AMA), et financé par le ministère de l'Éducation, de la Culture, des Sports, de la Science et de la Technologie (MEXT) du Japon.

« Notre objectif était de discuter dans le détail du processus des AUT et d’aider les médecins et les directeurs des organisations régionales antidopage (ORAD) et des organisations nationales antidopage (ONAD) à gérer ce processus efficacement », déclarait le Dr Alan Vernec, directeur médical de l’AMA.

« Le processus des AUT est un élément essentiel, voire crucial, de l’antidopage, qui permet aux sportifs présentant des pathologies justifiées de pratiquer leur sport. » Lors du séminaire, les participants ont assisté à des présentations et pris part à des discussions de groupe portant sur des cas litigieux d’AUT. Le Dr Vernec et le Dr Takao Akama, vice-président de la JADA et président du comité des AUT à JADA, ont mené ces discussions.

« Cette rencontre avec les participants et les discussions animées qui ont suivi m’ont ravi », a ajouté le Dr Vernec.

M. Joseph de Pencier, directeur général de l’Institut des organisations nationales antidopage (INADO), et Mme Natanya Potoi-Ulia, représentante exécutive de l’ORAD d’Océanie, ont également participé à titre de conférenciers-invités.

Parmi les autres points importants à l’ordre du jour figuraient la révision du Standard international pour l’autorisation d’usage à des fins thérapeutiques ainsi qu’une séance d’information sur le Passeport biologique des l’Athlète (PBA) menée par le Dr Vernec.

Le séminaire a accueilli 80 représentants officiels des quatre coins de l’Asie la première journée, et pas moins de 150 personnes la deuxième journée, qui était ouverte à tous les partenaires de la JADA.