7 Février 2013
Bookmark and Share

L’AMA réagit au rapport de la Commission de lutte contre le crime d’Australie

Déclaration du président de l’AMA, John Fahey

« Le rapport de la Commission de lutte contre le crime d’Australie (Australian Crime Commission (ACC)) porte un autre dur coup à l’intégrité et aux valeurs du sport en mettant en évidence plusieurs préoccupations sérieuses communiquées par l’AMA au cours des dernières années.

« L’AMA ne tire aucune satisfaction de lire un tel rapport, mais n’est pas étonnée de son contenu. Le dopage a jeté une ombre sur plusieurs sports et plusieurs pays au cours des dernières décennies et le rapport de l’ACC démontre que le sport australien et la société australienne ont aussi été gravement touchés.

« Il s’agit malheureusement d’un autre exemple qui illustre bien ce qui peut arriver lorsque la prévalence et les dangers du dopage ne sont pas suffisamment pris en compte et lorsque les ressources appropriées pour éradiquer ce fléau sont limitées.

« Au cours des dernières années, l’AMA a alerté le Mouvement sportif et les gouvernements sur l’implication du milieu criminel dans la distribution et le trafic de substances améliorant la performance, comme en fait état clairement le rapport de l’ACC.

« L’AMA n’a pas l’autorité ni les ressources pour contrer l’influence grandissante du monde interlope sur le sport, dont les activités criminelles incluent notamment la corruption et les paris illégaux. Le rapport démontre à nouveau qu’une organisation mondiale dédiée à la lutte contre ce fléau est essentielle.

« Le rapport de l’ACC révèle que la science et les analyses ne peuvent à elles seules éradiquer le dopage dans le sport – il faut s’appuyer davantage sur le partage des renseignements et sur les enquêtes, ainsi que sur la collaboration entre les gouvernements du monde entier.

« Cela avait été mis en évidence l’an dernier lorsque l’Agence antidopage des États-Unis a engagé des poursuites contre Lance Armstrong, et est souligné à nouveau aujourd’hui dans le rapport de l’ACC. »