16 Octobre 2012
Bookmark and Share

Le symposium de l’USADA se penche sur la dissuasion

L’Agence antidopage des États-Unis (USADA) a récemment tenu un symposium scientifique sur les façons de mieux mesurer l’effet dissuasif des programmes de contrôles.

La dissuasion constitue un élément clé de tout programme antidopage, et le colloque d’Atlanta (Géorgie), qui s’est tenu du 12 au 15 octobre, a permis aux membres de la communauté antidopage de se pencher sur les effets de la « dissuasion perceptuelle » plutôt que sur ceux de la « dissuasion générale ».

La dissuasion perceptuelle suppose que les athlètes prennent des décisions rationnelles par rapport au dopage après en avoir soupesé les risques et les avantages, alors que la dissuasion générale représente l’impact qu’ont un contrôle et une sanction pour dopage sur un sportif.

En organisant le symposium 2012, l’USADA avait comme objectif de favoriser les discussions sur les concepts de dissuasion perceptuelle et de voir comment ils pouvaient influencer les stratégies de prélèvement des échantillons, guider les laboratoires dans leurs analyses et recherches, et agir sur les sanctions directes et indirectes en vue d’accroître les risques associés au dopage, le tout à moindre coûts.

L’USADA a également confirmé que les conclusions de ce symposium pourraient influencer toute recommandation faite par l’agence dans le cadre de la révision en cours du Code mondial antidopage.

Rob Koehler, directeur, Éducation et Programme de développement, et Osquel Barroso, responsable principal, Science, représentaient l’AMA à ce symposium.