10 Juillet 2012
Bookmark and Share

Le président de l’AMA lance un message clair aux tricheurs

Le président de l’Agence mondiale antidopage, John Fahey, a lancé un message clair aux sportifs qui se dopent les exhortant de se retirer de leur équipe nationale et de se tenir loin des Jeux olympiques et paralympiques de Londres 2012.

À moins de trois semaines de la cérémonie d’ouverture des Jeux de Londres 2012, M. Fahey a profité de l’occasion pour souligner le droit de tous les sportifs de compétitionner dans un environnement sans dopage et d’être récompensés en fonction de leurs efforts acharnés et de leur talent naturel.

« Mon message ne peut être plus clair : les tricheurs qui comptent se rendre à Londres doivent se retirer de leur équipe olympique », déclarait M. Fahey.

« Se doper, c’est tricher : un point c’est tout. Un athlète qui se dope et qui participe aux Jeux trompe non seulement ses pairs, mais aussi les amateurs de sport du monde entier, en plus d’entacher son drapeau national et de mépriser les idéaux du Mouvement olympique.

« Un tricheur ne peut pas parvenir au sommet; c’est tout à fait contradictoire. Même s’il remporte une médaille, il ne pourra jamais se regarder dans le miroir et se dire : “Bravo, je mérite cette médaille.”

« Pour un sportif, les Jeux olympiques représentent l’apogée de sa carrière. Le fait qu’il s’entraîne sans relâche pendant quatre ans et qu’il voit ses efforts anéantis à cause de sportifs qui se dopent représente pour moi une trahison et l’antithèse de l’esprit sportif. »

M. Fahey a également salué les efforts de la communauté antidopage du monde entier qui a fait le nécessaire pour identifier les sportifs malhonnêtes avant les Jeux, ainsi que le travail du Comité international olympique et du Comité d'organisation des Jeux (LOCOG) qui ont mis sur pied un programme antidopage complet.

« Les Jeux de Londres seront assujettis au plus grand nombre de contrôles de toute l’Histoire olympique, et les sportifs qui se dopent doivent savoir que les officiels antidopage les auront à l’œil, et ce, dès leur arrivée au village olympique », ajoutait M. Fahey.

« Le CIO et LOCOG ont mis sur pied un programme antidopage efficace qui analysera jusqu’à 6 250 échantillons. De leur côté, les autorités antidopage partagent déjà des renseignements afin de faciliter les contrôles ciblés auprès de sportifs suspects.

« Je dois aussi ajouter que l’Agence antidopage du Royaume-Uni a été mandatée pour réaliser des contrôles dans les camps d’entraînement avant les Jeux, et a continué de compiler une grande quantité de renseignements en collaboration avec les organisations antidopage du monde entier.

«  Il y a eu des efforts concertés pour faire en sorte que les Jeux de Londres 2012 soient les plus « propres » de l’Histoire. Les tricheurs doivent savoir que leurs chances de ne pas se faire prendre n’ont jamais été aussi minces. »

Malgré tous les efforts de la communauté antidopage, M. Fahey a insisté sur le fait que la responsabilité de présenter des Jeux propres en 2012 reposait ultimement sur les sportifs.

« Les athlètes sont responsables de ce qu’ils ingèrent et ils font eux-mêmes le choix de se doper ou non », ajoutait M. Fahey.

« La responsabilité ne repose pas que sur la communauté antidopage. Si chaque sportif décidait de ne pas se doper, les Jeux seraient propres à 100%, c’est aussi simple que cela.

« La décision revient aux sportifs et je les encourage fortement à s’impliquer collectivement pour le bien de la compétition propre. »

M. Fahey répondra aux questions des journalistes lors de la conférence de presse de l’AMA avant les Jeux qui se tiendra au Parc olympique le 25 juillet, à 14h.