5 Juillet 2012
Bookmark and Share

Déclaration conjointe de l’AMA et de l'Agence nationale antidopage allemande

L’AMA rencontre la NADA pour démontrer sa solidarité

L’Agence mondiale antidopage (AMA) a rencontré les représentants de l’Agence nationale antidopage allemande (NADA) à Francfort mardi. Les deux organisations se sont entendues sur une approche coordonnée relativement aux cas du centre d’entraînement olympique d’Erfurt dans l’affaire du traitement du sang par rayons ultraviolets.

Les deux parties ont convenu qu’une meilleure communication était nécessaire à tous les niveaux afin d’éviter d’autres complications dans la gestion des cas de traitement du sang par rayons ultraviolet.,

Le directeur général David Howman et le conseiller juridique Olivier Niggli de l’AMA ont participé à une rencontre de deux heures avec la Dre Andrea Gotzmann, présidente de la NADA, le professeur Hans Georg Näder, chef du conseil de surveillance de la NADA, et le Dr Lars Mortsiefer, avocat en chef de la NADA.

« Ce fut une discussion très utile et instructive. L’AMA et la NADA sont maintenant en meilleure position pour gérer les cas relatifs au traitement du sang par rayons ultraviolets, en particulier ceux qui ont eu lieu au centre d’entraînement d’Erfurt », a expliqué M. Howman.

Les commentaires de M. Howman ont été appuyés par la Dre Gotzmann, qui a donné à M. Howman et à M. Niggli tous les détails sur les activités de la NADA en lien avec le cas d’Erfurt, surtout en ce qui concerne la première procédure d’arbitrage pour un cas de traitement du sang par rayons ultraviolets entamée par la NADA en août 2011, et pour laquelle une décision a été rendue le mois dernier.

Il a également été question lors de la rencontre d’une autre procédure d’arbitrage engagée récemment en vue de prendre une décision au sujet de l’utilisation des traitements du sang par rayons ultraviolets au cours de la période précédant le 1er janvier 2011.

« Un dialogue constructif avec l’AMA est la meilleure façon de régler la question des événements survenus à Erfurt, alors nous poursuivrons nos discussions en vue de favoriser le sport sans dopage dans le futur », a affirmé Dre Gotzmann.

Lors de la rencontre, tous se sont entendus sur le fait que la lettre envoyée par l’AMA à la NADA en avril 2012 exprimait une opinion incorrecte puisqu’elle reposait sur les informations disponibles à l’époque.

M. Howman a expliqué que le groupe d’experts Liste s’était posé les mauvaises questions et a reconnu que la NADA n’était en aucun cas responsable des problèmes de communication.

L’AMA possède maintenant les informations recueillies par le bureau du procureur d’Erfurt et sa juridiction, ce qui a contribué à régler les malentendus et la mauvaise communication ayant eu lieu précédemment.

« Nous avons tiré des leçons sur la façon de gérer ce genre de problèmes et saurons comment les aborder dans le futur. Mais la chose la plus importante pour le moment est que le médecin qui a mené cette procédure ne travaille plus au centre », a ajouté M. Howman.

Il faut également mentionner que la lettre exprimant l’opinion du groupe d’experts Liste de l’AMA ne causera de tort à aucun sportif, puisque l’opinion erronée portait uniquement sur les traitements faits avant 2011. »

L’esprit de coopération entre l’AMA et la NADA a été renforcé par la confirmation que l’AMA appuierait la NADA relativement au cas du cycliste allemand Patrik Sinkewitz.

La NADA avait déjà annoncé qu’elle déposerait un appel au Tribunal arbitral du sport (TAS) relativement à la décision d’un tribunal de Cologne d’acquitter Sinkewitz à la suite d’un test positif ayant révélé la présence d’hormone de croissance recombinante (rhGH).