7 Février 2012
Bookmark and Share

Le président de l’AMA lance un appel de soutien au Code

Le président de l’AMA, John Fahey, a lancé un appel aux organisations antidopage (OAD) du monde entier afin qu’elles appuient le Code mondial antidopage et prennent part activement au processus de révision du Code, dont l’objectif est de protéger les droits des sportifs « propres ».

Dans son discours au Symposium de l’AMA pour les médias, tenu à Lausanne (Suisse), M. Fahey a souligné l’importance du Code dans la lutte contre le dopage dans le sport et a expliqué que cet outil essentiel avait aidé l’AMA à éradiquer ce fléau au moyen d’une approche globale.

En outre, M. Fahey a souligné la nécessité accrue de compter sur plus de « champions » de la lutte contre le dopage au sein du Mouvement sportif et des gouvernements, tout en insistant sur le fait que le dopage était un problème qui touchait la société dans son ensemble.

« Le Code constitue la base de la communauté antidopage et l’une des grandes réalisations de l’AMA. Le défi de créer un document de règlements durable, accepté partout dans le monde ne devrait pas être sous-estimé », a déclaré M. Fahey.

« À ce titre, nous croyons que nos partenaires doivent respecter et soutenir le Code en tout temps. Il est le fruit de nombreux commentaires, recherches et consultations issus de tous les signataires. Contrairement à ce que certains peuvent penser, il n’est pas un document produit uniquement par l’AMA. »

Durant le symposium, le conseil juridique de l’AMA, M. Olivier Niggli, a donné une présentation détaillée du processus échelonné sur deux ans de révision du Code, amorcé en novembre 2011.

M. Fahey a souligné l’importance de ce processus et de la contribution de tous les partenaires dans le renforcement de cet outil destiné à démasquer les « tricheurs sophistiqués ».

Pour ce faire, M. Fahey a expliqué que l’AMA avait créé WADAConnect, une plateforme en ligne permettant à la communauté antidopage de soumettre ses commentaires tout au long du processus de révision.

« Le moment est venu pour tous les partenaires de l’AMA de soumettre leurs suggestions et d’évaluer le Code en profondeur, à la lumière des développements survenus au cours des dernières années au sein du sport et de la société en général », ajoutait M. Fahey.

« Le problème du dopage évolue constamment et nous devons nous assurer que le Code reflète ces changements. Le processus est conçu pour nos partenaires; nous les invitons et les encourageons donc à y prendre part. »

Dans son discours, M. Fahey a parlé des efforts continus de l’AMA à sensibiliser les sportifs aux dangers du dopage, surtout les jeunes athlètes qui sont attirés par des contrats professionnels et qui subissent les pressions sociales pour développer des physiques musclés.

« L’AMA dispose de plusieurs piliers dans sa lutte antidopage; l’éducation et la sensibilisation jouent un rôle de soutien auprès des activités de contrôle et d’analyse », a expliqué John Fahey.

« Au cours des dernières années, nous avons peaufiné notre approche pour une harmonisation accrue et nous continuons de miser là-dessus pour développer des moyens de recueillir des renseignements des forces de l’ordre et des compagnies pharmaceutiques et de former des partenariats avec eux.

« L’éducation est un volet important de notre stratégie globale et se veut l’une des responsabilités fondamentales de l’AMA pour aider à guider les jeunes athlètes au cours de leur carrière sportive. »

Également présent au symposium, le directeur général de l’AMA, David Howman, a souligné la nécessité pour les OAD d’effectuer des analyses complètes sur les échantillons des sportifs.

M. Howman a parlé de l’inquiétude grandissante par rapport aux OAD qui utilisaient des « listes d’analyses sélectives » moins coûteuses, mais moins efficaces – impliquant que le dépistage de certaines substances comme l’érythropoïétine était moins répandu qu’il le devait. 

« Les OAD doivent utiliser les listes d’analyses complètes parce qu’à l’heure actuelle, certaines substances ne sont pas analysées », a expliqué M. Howman.

« L’AMA cherche toujours des moyens pour assister les OAD et les laboratoires accrédités par l’AMA et à cet effet, elle les encourage à faire plus d’analyses à partir de listes complètes. Les modifications prévues cette année au Standard international pour les laboratoires devraient nous aider à ce chapitre. »