2 Août 2011
Bookmark and Share

Les ORAD contribuent à la lutte contre le dopage en Afrique

Des avancées importantes ont été réalisées dans la lutte contre le dopage en Afrique au cours des cinq dernières années grâce aux efforts du bureau régional de l’AMA au Cap.

Mises en place pour gérer les exigences antidopage à l’échelle régionale, les organisations régionales antidopage (ORAD) ont joué un rôle crucial dans ce développement.

La première des six ORAD a été établie en 2005. Aujourd’hui, on retrouve des bureaux en Tunisie, au Niger, au Cameroun, au Kenya, au Mozambique et aux Seychelles pour répondre aux besoins de 45 pays d’Afrique et de l’océan Indien.

Les ORAD ont également joué un rôle important dans la création de processus de gestion des résultats, d’autorisations d’usage à de fins thérapeutiques, de programmes de contrôle en et hors compétition à l’aide d’un réseau d’agents de contrôle du dopage, et de programmes d’éducation antidopage.

En outre, les ORAD ont aidé les organisateurs de grandes manifestations sportives à mettre en place leurs programmes de contrôle et d’éducation, notamment lors des Jeux de la Jeunesse 2008 du Conseil supérieur du sport en Afrique (CSSA) (zone IV) et des Jeux des îles de l’océan Indien aux Seychelles.

Les ORAD apporteront également leur soutien à l’équipe de sensibilisation de l’AMA aux Jeux panafricains 2011 au Mozambique.

L’ORAD d’Afrique a également bénéficié de partenariats avec la Conférence des Ministres de la Jeunesse et des Sports des États et gouvernements ayant le français en partage (CONFEJES) et le Secrétariat du Commonwealth.

Le financement de ces organisations a aidé les ORAD à faire avancer la cause de la lutte contre le dopage dans le sport dans leurs pays membres.