2 Août 2011
Bookmark and Share

Élan d’enthousiasme pour les campagnes de sensibilisation

 

La Fédération internationale de hockey sur glace (IIHF) a été la première, l’an dernier, à adopter la campagne pour son championnat mondial en Allemagne, utilisant des rondelles d’entraînement vertes pour passer le message.

Depuis, la FIFA, le Conseil international de rugby (IRB), l’Union internationale de triathlon (ITU) et la Fédération internationale de floorball (IFF), entre autres, en ont incorporé des éléments dans leurs campagnes antidopage.

Le Conseil olympique d'Asie (COA) et les organisations nationales antidopage du Brésil et de l’Afrique du Sud l’ont aussi utilisée comme modèle pour leurs messages.

« Dis NON! au dopage est adopté par certaines des plus grandes fédérations sportives au monde et l’AMA espère recruter le plus d’organisations possible », expliquait la responsable principale des Relations avec les sportifs et communication, Stacy Spletzer.

« La sensibilisation est un outil essentiel de la lutte contre le dopage dans le sport; si les jeunes sportifs et partisans voient leur héros s’associer au message antidopage, on pourra espérer obtenir un effet domino.
« Il n’y a aucune raison pour que toutes les organisations sportives n’aient pas leur propre campagne antidopage et l’idée derrière Dis NON! au dopage est de les aider à y arriver. »

Pour les organisations, la façon la plus simple d’adhérer à la campagne est de faire produire l’un de leurs articles de sport en vert et d’y inscrire le slogan Dis NON! au dopage.

Elles peuvent ensuite distribuer cet article de sport pendant les camps d’entraînement ou les périodes d’échauffement des grandes compétitions. Les lignes directrices sur la campagne Dis NON! au dopage de l’AMA traitent aussi des bannières, des brochures et de la distribution des articles.