10 Juillet 2011
Bookmark and Share

Lutte contre le dopage: recours aux forces de l'ordre

L’AMA a fait un grand pas dans la lutte contre le dopage dans le sport en publiant, lors de sa réunion du Conseil de fondation, en mai, des lignes directrices conçues pour favoriser la collaboration entre les organisations antidopage (OAD) et les autorités chargées de l’application des lois du monde entier.

Le document Lignes directrices pour la coordination des enquêtes et le partage d’informations et de preuves antidopage, très détaillé, permettra une meilleure concertation de la lutte contre le dopage dans le sport en permettant à plusieurs organisations de mettre en commun leurs informations et leur expertise.

« Depuis un certain temps déjà, nous affirmons que la guerre aux tricheurs du dopage ne peut se livrer uniquement dans les laboratoires, où qu’ils soient dans le monde, et qu’il est nécessaire d’améliorer la collaboration pour régler le problème, déclarait le directeur général de l’AMA, David Howman.

« L’expérience qu’elle a acquise au cours de sa première décennie d’existence, ainsi que les preuves qu’elle a accumulées et les apprentissages qu’elle a faits ont persuadé l’AMA que les OAD doivent, en plus des contrôles antidopage, élaborer de nouvelles façons d’obtenir des informations sur l’utilisation et l’approvisionnement de substances interdites.

« Après tout, il n’y a pas que les sportifs qui soient impliqués dans le dopage; les membres de l’entourage des sportifs peuvent aussi y être impliqués, de même que de nombreux autres contrevenants « en amont » de la chaîne d’approvisionnement et du trafic des substances interdites. »

Le document de l’AMA est le fruit d’une série de symposiums tenus depuis quelques années par les OAD aux États-Unis, en Australie et en Grande-Bretagne pour favoriser le partage d’informations. Il ne constitue pas un modèle de bonnes pratiques ni un élément officiel du programme antidopage mondial. En revanche, il propose des conseils sur les meilleures façons d’établir des relations clés avec les autorités concernées, ainsi que de nombreuses preuves de l’efficacité des enquêtes antérieures sur le dopage par les autorités chargées de l’application des lois.

Citons quelques exemples : l’enquête de la Douane et de la police françaises sur l’équipe cycliste Festina au Tour de France de 1998, l’enquête des forces de l’ordre américaines sur le laboratoire BALCO et son président, Victor Conte, la descente de la police italienne aux Jeux olympiques de Turin, en 2006, dans laquelle on a saisi des substances dopantes dans les chambres de l’équipe autrichienne de ski et la collaboration inter-agence à la frontière Canada-États-Unis qui a mené à la mise en accusation du Dr Anthony Galea en 2010.

Le document reconnaît aussi les défis des OAD; il souligne la nécessité de recueillir des preuves relatives aux violations non analytiques des règles antidopage et le problème des « contrevenants en amont » qui échappent aux instances juridiques du milieu sportif.

Outre le recours aux autorités publiques pour surmonter ces difficultés, le document conseille aux OAD les manières les plus efficaces de s’assurer que les lois antidopage soient en place dans leur pays et qu’elles couvrent bien toutes les substances dopantes pertinentes.

Il conseille aussi des manières d’encourager l’application rigoureuse des lois nationales et souligne la nécessité potentielle d’éliminer les obstacles légaux à l’échange d’informations entre les OAD et les autorités publiques.

« La collecte d’informations est essentielle pour faire monter la lutte antidopage d’un cran et plusieurs OAD ont déjà leur propre service d’informations », ajoutait M. Howman.

« Ces lignes directrices aideront d’autres organisations à adopter une approche semblable et nous pourrons élaborer des stratégies non analytiques pour accompagner les programmes de contrôles traditionnels que l’AMA a aidé à mettre en place depuis une dizaine d’années.

« Au cours des prochaines années, les contrôles et la collecte d’informations deviendront de plus en plus interdépendants et compliqueront beaucoup la vie de ceux qui continueront de tricher. »