4 Juillet 2011
Bookmark and Share

L’AMA signe une entente historique avec GlaxoSmithKline

L’Agence mondiale antidopage (AMA) et GlaxoSmithKline (GSK) ont signé une entente à long terme qui permettra à l’Agence de créer des méthodes de détection précoces pour les médicaments renfermant des substances pouvant améliorer la performance.

Dans le cadre de ce partenariat historique, entériné officiellement à Londres le 21 juin, GSK fournira à l’AMA des informations confidentielles sur les médicaments à leur stade initial de développement, qui une fois homologués et destinés aux patients autorisés, pourraient être utilisés par les sportifs.

L’accord englobe tous les nouveaux médicaments développés par GSK et mise sur le rôle de la firme à titre de fournisseur de services officiel aux laboratoires pour les Jeux olympiques et paralympiques de Londres de 2012.

À l’heure actuelle, l’AMA a accès à des informations scientifiques sur les médicaments déjà homologués. Si tous les médicaments ont fait l’objet de recherches et s’avèrent sécuritaires pour les patients, il existe des cas d’usage illicite par une minorité de sportifs souhaitant améliorer leur performance.

Dans le cadre de la nouvelle entente, les médicaments en développement seront évalués par les scientifiques de GSK qui identifieront les substances dont le potentiel dopant est élevé.

Ces experts chercheront les similitudes entre les caractéristiques pharmacologiques et celles des substances actuelles améliorant la performance, ainsi que leur réaction dans l’organisme humain, notamment les effets stimulants ou améliorant l’endurance.

Toute substance détectée ayant des propriétés permettant d’améliorer la performance sera communiquée à l’AMA. GSK soumettra des données scientifiques confidentielles sur ces substances afin que les spécialistes puissent amorcer leurs travaux sur les méthodes de détection.

John Fahey, président de l’AMA, a déclaré : « Notre collaboration avec l’industrie pharmaceutique est cruciale si nous voulons avoir une longueur d’avance sur les personnes qui se dopent et dont les connaissances scientifiques sont de plus en plus sophistiquées. Nous sommes très heureux de ce partenariat important avec GSK et sommes convaincus qu’il permettra à l’AMA de réaliser sa mission d’instaurer une culture sans dopage au sein du sport. »

Patrick Vallance, premier vice-président, Innovation / Recherche et développement sur les médicaments, a dit : « Notre priorité est de veiller à ce que nos médicaments soient utilisés de façon efficace et sécuritaire par les bons patients. Malheureusement, certains sportifs profiteront toujours des occasions pour utiliser illégalement ces substances. Nous espérons que notre soutien aux laboratoires aux Jeux de Londres de 2012 ainsi que notre partenariat avec l’AMA sauront faire valoir le rôle positif de la science au sein du sport, tout en aidant à protéger la santé des sportifs concernés. »

Seb Coe, président du Comité d'organisation des Jeux olympiques et paralympiques de Londres, a déclaré : « L’annonce du partenariat entre GSK et l’AMA démontre que la passion et l’enthousiasme entourant la présentation de Jeux propres à Londres sont devenus un héritage authentique pour le sport et les athlètes. Nous avons devant nous une vaste organisation mondiale qui trouve un moyen novateur de former un partenariat efficace qui laissera sa marque au-delà des Jeux de Londres de 2012. »

À propos du partenariat

GSK a collaboré avec l’AMA afin de créer un processus officiel de révision scientifique au sein de ses équipes de Recherche et Développement, et ce, afin de détecter rapidement les médicaments au potentiel dopant. Ceci comprend des évaluations régulières lors des étapes clés de recherche.

L’industrie pharmaceutique a déployé des efforts pour rendre officiel le partage de renseignements de nature délicate avec l’AMA depuis que la Fédération internationale de l'industrie du médicament (FIIM) a signé avec l’Agence, en juillet 2010, la Déclaration conjointe de collaboration dans la lutte contre le dopage dans le sport. Cet accord vise à faciliter la coopération entre l’industrie et l’AMA.