20 Juin 2011
Bookmark and Share

L’Afrique du Sud lance l’initiative « Je joue franc jeu – Dis NON! au dopage » au Super 15

L’Institut africain pour un sport sans dopage a profité de la tenue, la semaine dernière, de deux matchs de rugby de renom pour lancer une campagne antidopage en réponse aux récentes statistiques démontrant une hausse de 100 % des cas de dopage en Afrique du Sud.

« Je joue franc jeu – Dis NON! au dopage » est une initiative de sensibilisation aux dangers du dopage qui invite les sportifs à faire front commun contre le dopage dans le sport. Elle a été lancée lors des matchs du Super 15 opposant les Bulls aux Sharks, et les Cheetahs aux Stormers.

« Les statistiques liées au dopage en Afrique du Sud montrent clairement une hausse de l’usage de substances améliorant la performance chez les sportifs adolescents et les adultes », déclare Shuaib Manjra, président de l’Institut africain pour un sport sans dopage.

« Nos données les plus récentes en matière de dopage pour la période du 1er avril 2010 au 30 mars 2011 indiquent que les contrôles positifs ont plus que doublé comparativement à l’année dernière, passant de 19 à 50. »

« Nous nous sommes rendu compte que nous devions attaquer de front ce problème d’une façon beaucoup plus incisive afin d’instaurer une culture de l’antidopage au sein du sport. »

Dans le cadre de cette initiative, le gouvernement d’Afrique du Sud reconnaîtra le 18 juin comme Journée officielle de sensibilisation au dopage « Je joue franc jeu – Dis NON! au dopage ».

La campagne a bénéficié d’une visibilité accrue lorsque le ministre des Sports et des Loisirs, Fikile Mbalula, et le sous-ministre de Bloemfontein, Gert Oosthuizen, ont pris part au défilé cérémonial lors de deux matchs de rugby.

Un message d’intérêt public mettant en vedette le joueur étoile des Springboks, Bryan Habana, appuiera publiquement le message antidopage de la campagne.

À la suite d’histoires récentes sur l’usage de stéroïdes au sein d’équipes de rugby dans les écoles secondaires, la campagne fera appel à des personnalités connues comme Habana pour souligner le problème qui sévit chez les jeunes adultes et pour les sensibiliser aux dangers des suppléments contaminés par des substances interdites.

Selon M. Manjra, si le dopage gagne du terrain, c’est en partie à cause de l’usage accru des suppléments; l’Institut africain pour un sport sans dopage ciblera les événements de rugby dans les écoles afin de sensibiliser les jeunes sportifs.

« Depuis que nous avons appris l’usage de stéroïdes dans les écoles, nous avons décidé d’accélérer le processus et de présenter cette initiative dans le cadre des semaines du rugby Craven, en renforçant du même coup nos démarches de sensibilisation et de contrôle du dopage », explique M. Manjra.

« Nous comptons rencontrer en personne les jeunes joueurs de rugby. Il est important de protéger nos athlètes, surtout les jeunes sportifs des écoles secondaires qui achètent, sans le savoir, des stéroïdes illégaux et qui croient, à tort, qu’il s’agit de suppléments autorisés au sein du sport. »

La Fédération sud-africaine de rugby (South Africa Rugby Union - SARU) est la première fédération sportive à appuyer la campagne, et l’Institut africain pour un sport sans dopage espère que d’autres organismes emboîteront le pas.   

« La SARU est heureuse d’appuyer cette campagne. Nous condamnons toute forme d’abus de substances et notre message à cet égard est constant et sans équivoque », dit le responsable médical principal de la SARU, Clint Readhead.

« Les substances illégales compromettent la santé et le bien-être des joueurs, elles vont à l’encontre de l’éthique du rugby et constituent de la triche. »

Outre le soutien essentiel de la SARU, la campagne a également reçu l’appui du directeur général de l’AMA, David Howman

« La sensibilisation et l’éducation des sportifs aux dangers du dopage constituent des éléments essentiels d’une stratégie antidopage efficace », a dit M. Howman.

« Le dopage est une véritable menace pour le sport dans le monde entier; il est donc impératif que nous ayons recours à toutes les méthodes possibles pour promouvoir le message du sport propre. »

L’Institut encourage tous les sportifs, les entraîneurs et les amateurs de sport de l’Afrique du Sud à adhérer aux valeurs de la campagne « Je joue franc jeu » en visitant le www.drugfreesport.org.za.