27 Mai 2011
Bookmark and Share

Techniques de recherche améliorées provenant d’une étude financée par l’AMA

De nouvelles techniques de sondage devraient permettre à l’AMA de mieux évaluer l’incidence de l’usage des substances améliorant la performance chez les sportifs.

Les chercheurs doivent souvent tenir compte du fait que les sportifs qui se dopent ne répondent pas honnêtement aux questionnaires confidentiels – même lorsque leur anonymat est entièrement assuré.

Or les résultats d’une étude récente financée par l’AMA confirment que les sportifs qui prennent des substances interdites risquent de manipuler les réponses de façon à se donner l’image de sportifs propres, voir farouchement contre le dopage.

L’étude a été menée par une équipe dirigée par la professeure Andrea Petroczi, de l’école des sciences biologiques de l’Université Kingston, Londres, R.-U.

La professeure Petroczi, qui a sondé 82 sportifs de différents niveaux, a constaté dans les réponses de ceux qui niaient avoir utilisé des substances interdites des schémas communs indiquant qu’ils tentaient de brouiller leurs pistes.

« Le groupe le plus intéressant comprend les personnes qui nient avoir utilisé toute substance mais échouent ensuite au contrôle », déclarait la professeure Petroczi.

« Les participants de ce groupe semblaient avoir manipulé toutes les réponses au questionnaire pour qu’elles correspondent au profil de ce qu’ils s’imaginent être les non-utilisateurs. »

L’AMA espère pouvoir raffiner sa méthode pour l’utiliser dans les futurs sondages afin d’obtenir des données plus fiables sur les sportifs qui se dopent.

Les méthodes précédentes consistaient entre autres à poser la question directement aux sportifs dans le cadre de sondages confidentiels, mais, comme l’indique un sondage mené récemment, ces méthodes ne donnaient pas de résultats fiables.

De toute évidence, les personnes impliquées dans des activités interdites sont réticentes à répondre honnêtement, mais les nouvelles techniques devraient permettre aux chercheurs de déceler les manipulations dans leur quête d’exactitude.

« L’AMA finance actuellement des recherches novatrices en vue d’élaborer des méthodes qui permettront à la communauté antidopage d’obtenir des réponses plus honnêtes », déclarait le directeur de l’Éducation et du programme de développement de l’AMA, Rob Koehler.

« Cette initiative est importante non seulement pour la lutte antidopage, mais aussi pour bien d’autres domaines de la santé publique, puisqu’il faut des statistiques et des renseignements fiables pour élaborer des politiques efficaces.

« D’autres recherches sont en cours et l’AMA en attend les résultats avec intérêt puisqu’ils permettront de mieux comprendre le problème du dopage. »

Cliquez ici pour accéder à l’étude en anglais.