11 Juin 2008
Bookmark and Share

Le symposium sur le dopage génétique de l'AMA appelle à une sensibilisation et une action renforcées face à l'abus potentiel de transfert de gènes dans le sport

Les participants au troisième symposium sur le dopage génétique organisé par l'Agence mondiale antidopage (AMA), avec le soutien des autorités sportives russes, ont appelé aujourd'hui à une plus grande interaction entre la communauté sportive, les organisations scientifiques professionnelles, les organismes disciplinaires professionnels et les autorités chargées de la supervision de la recherche clinique pour renforcer la sensibilisation au potentiel d'utilisation illicite de techniques de transfert de gènes à des fins d'amélioration de la performance sportive, au terme de deux jours de réunion à Saint-Pétersbourg (Russie). Ils ont également appelé à la mise en place de mécanismes de sanctions appropriés en cas d'utilisation illégale ou illicite de technologies de transfert de gènes dans le sport.

Cette réunion était la troisième organisée sur ce thème par l’AMA, après celles tenues à New York (États-Unis) en 2002 et à Stockholm (Suède) en 2005. Elle a réuni plus de 60 participants de 16 pays, parmi lesquels des experts du transfert de gènes, des scientifiques du domaine de l’antidopage, des représentants d’autorités sportives et publiques, et des éthiciens.

Les participants au symposium de Saint-Pétersbourg on notamment discuté des avancées en matière de transfert de gènes à des fins thérapeutiques et de détection du dopage génétique, des limites entre la thérapie et l’amélioration de la performance du point de vue de la technique et de l’éthique, du cadre légal et des questions liées à l’application de la loi en relation avec le dopage génétique.

« La plupart des experts ne pensent pas que le transfert de gènes soit déjà utilisé par des sportifs, mais nous savons qu’il existe un intérêt croissant de la part de certaines personnes du monde sportif pour le potentiel du dopage génétique, et que des scientifiques travaillant sur des méthodes génétiques visant à soigner des maladies telles que la dystrophie musculaire ou des problèmes sanguins ont été approchés par des membres de la communauté sportive intéressés à utiliser des gènes dans le sport », a déclaré le vice-président de l’AMA, le Pr Arne Ljungqvist. « Nous devons faire en sorte que les sportifs soient conscients des risques associés à ces technologies, et que ceux qui choisissent d’ignorer ces avertissements et de tricher soient démasqués. »

Les participants se sont entendus sur une série de conclusions et recommandations comprenant les suivantes:

  • La thérapie génique est une réalité, certes imparfaite, et les outils pour le transfert de gènes se sont révélés efficaces d’un point de vue thérapeutique dans un certain nombre d’études cliniques, en particulier dans des cas de déficiences immunitaires sévères (SCID), de plusieurs formes de cancer, de forme génétiques de dégénérescence rétinienne et de cécité, et d’autres pathologies. Cependant, d’importants problèmes conceptuels et techniques continuent d’entraîner des revers importants et imprévus, y compris des décès et l’apparition de leucémie chez certains patients.

  • Le programme de recherche important mis en place par l’AMA a engendré des progrès significatifs allant dans le sens d’une meilleure compréhension des effets génétiques et physiologiques du dopage, et de méthodes scientifiquement rigoureuses de détection du dopage génétique. Les progrès scientifiques réalisés grâce à des recherches soutenues par l’AMA, qui ont été résumées lors de la conférence, montrent qu’il y a de bonnes chances pour que de nouvelles méthodes de détection émergent et contribuent à protéger le sport du dopage génétique. Le programme de recherche de l’AMA devrait maintenir ses vigoureux efforts visant à développer des méthodes de détection du dopage génétique dans des institutions académiques, privées et commerciales. L’AMA continuera d’interagir avec les organisations académiques, économiques privées, scientifiques et médicales professionnelles pour suivre les futurs développements en matière de technologies d’amélioration génétique et pour stimuler la sensibilisation du public et des scientifiques aux effets et aux dangers du dopage basé sur les gènes.

  • De nombreuses formes de médicaments et des méthodes chirurgicales de modification de traits humains normaux et de l’humeur constituent des pratiques acceptées et croissantes dans nos sociétés. Les récompenses financières et personnelles résultant de meilleures performances sportives laissent à penser que le sport sera l’un des premiers domaines touchés par l’amélioration génétique. En conséquence, le monde du sport sert de cadre efficace à l’examen de questions générales de société liées à l’« amélioration » de l’individu et à la limite entre le traitement et l’« amélioration ».

  • En plus de ses activités traditionnelles avec les gouvernements, l’AMA développe activement des relations avec des organisations de police et anticriminelles internationales pour s’assurer que des lois nationales et internationales sanctionnent la possession, la commercialisation et le trafic illégaux de substances et méthodes interdites, y compris les réactifs servant à la manipulation génétique. Dans la plupart des pays, toutes les manipulations génétiques sur des sujets et des patients humains nécessitent une régulation et une supervision étendues sur les plans institutionnel, local et national, en conformité avec la Déclaration d’Helsinki élaborée par l’Association médicale mondiale. Il est peu probable que l’application illicite de technologies de transfert de gènes dans le sport respecte de telles normes. Il est donc important que des procédures et des réponses soient définies pour développer des protections légales et éthiques afin de dissuader et de contrer une telle utilisation de technologies génétiques. L’AMA est déterminée à assurer la sécurité et le respect des normes éthiques internationales d’expérimentation humaine, et à intensifier les interactions avec les autorités gouvernementales, les autorités chargées de l’application de la loi, les agences de police et les organismes disciplinaires professionnels, pour établir que la participation de professionnels autorisés à des manipulations en relation avec le transfert de gènes en dehors de la supervision et des procédures d’approbation acceptées constitue une mauvaise conduite professionnelle, et pour établir des sanctions appropriées.

  • La commercialisation de la science génétique et le marché mondial ont un impact sur le développement et l’accessibilité de matériel et de méthodes dans l’utilisation potentielle du dopage génétique dans la communauté sportive. L’AMA devrait faciliter les interactions avec les autorités publiques et commerciales afin d’identifier l’émergence de futurs agents ou méthodes dopantes et d’encourager les gouvernements, les autorités sportives, les secteurs économiques privés, scientifiques et médicaux à réguler la promotion et la diffusion de technologies d’amélioration génétique dans un marché global. Les organisations antidopage devraient être préparées à fournir des informations objectives et fiables aux sportifs, entraîneurs et médecins afin de leur permettre d’évaluer de manière critique les allégations diffusées sur Internet et ailleurs à propos du « pouvoir de la génétique » d’améliorer la performance sportive.

« Les questions liées au transfert de gènes sont multiples et complexes », a déclaré le directeur général de l’AMA, David Howman. « En réunissant des experts de pointe dans différents domaines liés au transfert de gènes, ce symposium a permis d’effectuer un point complet de la situation et de faire avancer encore davantage les stratégies de détection de l’abus potentiel de ces technologies. L’AMA continuera d’accorder une attention et des ressources importantes à cette question, afin de protéger l’intégrité du sport et la santé des sportifs. »

« Ce symposium a été très encourageant », a ajouté le Pr Theodore Friedmann, président du Panel sur le dopage génétique de l’AMA (un groupe d’experts internationaux dont la mission est d’examiner les dernières avancées dans le domaine de l’utilisation de gènes, le développement de méthodes de détection du dopage génétique et les projets de recherche financés par l’Agence dans ce domaine). « Des méthodes de détection sont aujourd’hui en phase de développement. Je n’ai aucun doute que le travail en cours contribuera à catalyser les discussions publiques et la sensibilisation à ce sujet et que l’AMA continuera de jouer un rôle moteur dans l’application de technologies modernes de génétique moléculaire et de technologies liées à l’ADN dans le cadre du développement de méthodes améliorées de détection du dopage. »

Pour davantage d’informations sur le travail de l’AMA dans le domaine du dopage génétique, cliquez ici.