27 Mars 2008
Bookmark and Share

L’action en justice de l’UCI amène l’AMA à mettre un terme au projet pilote de « Passeport de l’Athlète » dans le cyclisme

L’Agence mondiale antidopage (AMA) a annoncé aujourd’hui que, suite à l’ouverture d’une action en justice par l’UCI contre l’AMA (voir ci-dessous le communiqué publié à ce sujet par l’Agence le 25 mars) et les implications pratiques inhérentes à cette action, l’AMA a retiré son soutien à l’UCI dans le cadre du projet pilote de « Passeport de l’Athlète ». L’AMA poursuivra son travail et son engagement dans le développement du concept du Passeport de l’Athlète et de ses bénéfices potentiels pour la lutte contre le dopage. L’AMA continuera le projet pilote avec un autre sport.

« L’AMA a accepté de mener un projet pilote en relation avec le Passeport de l’Athlète dans le cyclisme, plutôt que dans tout autre sport, afin d’aider le cyclisme à retrouver sa crédibilité suite à une saison et un Tour de France 2007 au cours desquels ce sport a été à nouveau marqué par des scandales de dopage », a commenté le président de l’AMA, John Fahey. « Depuis octobre 2007, l’AMA a soutenu l’UCI dans ce projet pilote dans le cyclisme par des moyens financiers et humains. A la lumière de l’attaque de l’UCI contre l’AMA, l’AMA considère qu’un partenariat avec l’UCI n’est plus tenable et va donc mener des discussions avec d’autres sports afin d’aller de l’avant avec le projet de Passeport de l’Athlète. »

Cliquez ici pour davantage d’informations sur le concept du « Passeport de l’Athlète » et ses avantages potentiels pour la lutte contre le dopage.

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Titre: L’AMA répond au communiqué de presse de l’UCI

Date:
25 mars 2008

Le 20 mars 2008, l’UCI a annoncé dans un communiqué de presse qu’elle et son ex-président Hein Verbruggen avaient « ouvert une action » en justice contre l’ex-président de l’Agence mondiale antidopage (AMA), Richard W. Pound, pour « ce qu’ils perçoivent comme étant des propos continus injurieux et biaisés contre l’UCI et M. Verbruggen dans le contexte des efforts faits par eux pour éradiquer le dopage » dans le cyclisme.

Cette action en justice de l’UCI contre l’ex-président de l’AMA est en fait une action contre l’AMA. L’AMA va prendre toutes les mesures nécessaires pour s’assurer que le tribunal soit pleinement informé des problèmes et des faits en relation avec le dopage dans le cyclisme. L’AMA va demander à ses conseils juridiques de représenter et de défendre vigoureusement l’Agence et son ex-président dans ce dossier, et de rejeter les allégations infondées exprimées par l’UCI.

Il est particulièrement décevant que l’UCI prenne ces mesures et engage des ressources financières pour ouvrir une action en justice contre l’AMA plutôt que de contribuer au financement de l’appel Landis. L’UCI a en effet refusé de participer financièrement au cas Landis sous prétexte qu’elle n’avait « pas de budget » pour le faire. Or cet appel relève précisément des règles de l’UCI, implique une violation des règles antidopage du cyclisme et constitue un cas important pour ce sport. (USADA a mené les auditions par délégation d’autorité de USA Cycling, la fédération cycliste des États-Unis, membre de l’UCI.)