20 Novembre 2006
Bookmark and Share

Le Conseil de fondation de l’AMA élit Jean-François Lamour à la vice-présidence 2007 de l’Agence

L'AMA insiste sur l'importance de coordonner l'action des gouvernements et du Mouvement sportif dans la lutte contre le dopage

Le Conseil de fondation de l'Agence mondiale antidopage (AMA) a élu aujourd'hui à l'unanimité Jean-François Lamour, le Ministre français de la Jeunesse, des Sports et de la Vie associative, au poste de vice-président de l'Agence pour 2007. Jean-François Lamour, dont le mandat d'une année débutera en janvier 2007, succède au Ministre des Sports du Danemark, Brian Mikkelsen, qui termine son deuxième mandat consécutif d'une année.

"Jean-François bénéficie d'un immense respect pour son travail en faveur du sport sans dopage, tant dans son pays qu'au sein du Comité exécutif de l'AMA, où il représente l'Europe", a commenté le président de l'AMA, Richard Pound. "Il jouera un rôle important dans la poursuite des objectifs et des initiatives de l'AMA."

"Je pense que l'AMA a réalisé d'importantes avancées dans la lutte contre le dopage dans le sport, et qu'il est de notre devoir d'aller de l'avant et de relever les défis actuels et futurs", a déclaré Jean-François Lamour. "Je me réjouis de renforcer encore ma contribution aux initiatives et à la mission de l'Agence, afin de protéger l'intégrité du sport et la santé des sportifs dans le monde entier."

Comité exécutif 2007

Le Conseil de fondation a approuvé à l'unanimité les changements de représentation au sein du Comité exécutif pour 2007. Le Danemark remplacera la France en tant que représentant européen, et la Nouvelle-Zélande succédera à l'Australie en tant que représentante de l'Océanie.

Amendements constitutionnels

Le Conseil de fondation de l'AMA a également approuvé un certain nombre d'amendements constitutionnels à propos de l'appartenance et de la représentation au Conseil. Ces changements permettront l'augmentation du nombre de membres du Conseil de 36 à 38; la possibilité de nommer un président et un vice-président ne faisant pas partie du Conseil; l'élimination du nombre limite de mandats des membres, qui était auparavant de trois mandats de trois ans; et la formalisation du principe de rotation de la présidence et de la vice-présidence entre le Mouvement sportif et les gouvernements, avec une durée limite de six ans pour ces mandats, à moins qu'aucune candidature alternative ne soit présentée.

Déclaration sur la mission de l'AMA

Dimanche, le Comité exécutif a répété avec force que la mission principale de l'AMA est la supervision de la mise en place et du respect du Code mondial antidopage, et que l'Agence remplit ses responsabilités conformément aux directives qui lui ont été données par le Conseil de fondation et le Comité exécutif. L'Agence n'est pas une organisation de service pour les Fédérations internationales, ont rappelé ses membres.

Révision du Code et consultation

Le Comité exécutif et le Conseil de fondation ont discuté du premier projet provisoire de Code mondial antidopage révisé-le fruit de la première des trois phases de consultation prévues dans le cadre de la révision du Code.

"Le Code représente un succès sans précédent en terme de collaboration entre le Mouvement sportif et les gouvernements, unis pour faire face à un problème important menaçant la santé publique et l'intégrité du sport ", a dit M. Pound. "Après plusieurs années d'expérience pratique d'application du Code, nous travaillons aujourd'hui avec nos partenaires à renforcer encore ce document afin de rendre le système mondial antidopage encore plus robuste."

Les commentaires reçus au cours de ces discussions seront pris en compte et intégrés dans le premier projet de Code révisé, qui sera envoyé aux partenaires en janvier 2007 pour une deuxième phase de consultation. Le processus de révision du Code se terminera lors de la Troisième Conférence mondiale sur le dopage dans le sport, organisée par l'AMA en partenariat avec le gouvernement espagnol du 15 au 17 novembre 2007 à Madrid (Espagne).

Budget

Le Conseil de fondation a approuvé le budget 2007 de l'AMA, qui s'élèvera à 23 millions US$. Ce chiffre représente une hausse mineure de 3% par rapport au budget 2006.

L'Agence a désormais reçu 93% de son budget 2006. Le financement de l'AMA provient à parts égales des gouvernements et du Mouvement sportif. Le Comité international olympique verse dollar pour dollar l'équivalent des contributions des gouvernements, au nom du Mouvement olympique.

Convention de l'UNESCO et rôle des gouvernements

A ce jour, 27 gouvernements ont ratifié la Convention internationale contre le dopage dans le sport. Cette Convention a été adoptée à l'unanimité des 191 États présents à la Conférence générale de l'UNESCO, le 19 octobre 2005. La Convention entrera formellement en vigueur quand 30 ratifications auront été reçues.

"Cette Convention a établi un record de vitesse. Jamais une Convention de l'UNESCO n'a été aussi vite préparée et aussi vite ratifiée, alors que nous nous approchons du nombre de trente ratifications", s'est réjoui le directeur général de l'AMA, David Howman. "Ceci est un signal clair du soutien des gouvernements à la lutte contre le dopage. La Convention de l'UNESCO permet aux gouvernements d'aligner leurs législations nationales sur le Code et facilite la collaboration et la coordination entre le Mouvement sportif et les gouvernements dans la lutte contre le dopage dans le sport."

Auparavant, de nombreux gouvernements ne pouvaient pas être liés juridiquement par un document non gouvernemental tel que le Code mondial antidopage. Les gouvernements ont donc préparé, sous l'égide de l'UNESCO, cette Convention internationale leur permettant d'aligner leurs législations nationales sur le Code et d'harmoniser ainsi les législations publiques et les règlements sportifs dans la lutte contre le dopage dans le sport.

De récents cas et d'enquêtes liés au dopage dans le sport ont montré l'importance de la collaboration entre l'action des autorités publiques et du Mouvement sportif pour lutter efficacement contre le dopage. Les membres du Conseil ont également insisté sur l'importance de la coordination des efforts pour permettre aux autorités sportives de se pencher sur les cas de dopage de sportifs en temps opportun.

Recherche en sciences sociales

L'AMA va engager près de 178,000 US$ dans des projets de recherche en sciences comportementales et sociales, afin de mieux comprendre les motivations des sportifs se dopant.

"Mieux comprendre les aspects comportementaux et les jugements de valeur à la base du dopage nous aidera à renforcer les programmes d'éducation et de sensibilisation antidopage", a commenté le directeur général de l'AMA, David Howman. L'AMA a reçu 29 demandes de subventions, et le Comité exécutif a approuvé le financement de 6 projets de recherche.

Contrôle

Le Conseil de fondation a reçu des informations à propos du programme de contrôles du dopage hors compétition de l'AMA. Celui-ci est en voie d'atteindre son objectif de 3000 contrôles en 2006. Le programme mondial de contrôles hors compétition de l'AMA cible surtout des régions où aucune autre organisation ne réalise de contrôles, notamment les pays sans programme antidopage établi.

Accréditation des laboratoires

Le Comité exécutif de l'AMA a approuvé la ré-accréditation des 33 laboratoires antidopage accrédités dans le monde. Suite à la récente approbation par le Comité exécutif de l'accréditation du Laboratoire de Recherche en Médecine du Sport et de Contrôle de Salt Lake City (États-Unis), le nombre de laboratoires accrédités par l'AMA pour réaliser des analyses conformément au Code mondial antidopage s'élève désormais à 34. Ces laboratoires doivent maintenir leur accréditation conformément aux critères établis par le Standard international pour les laboratoires et les documents techniques associés.

Développement antidopage

L'AMA a informé ses membres que 91 pays ne disposant pas auparavant de programme antidopage sont désormais engagés dans la lutte contre le dopage dans le cadre d'Organisations régionales antidopage (ORAD). L'AMA coordonne la création de ces ORAD, organisations indépendantes assumant la responsabilité de réaliser des contrôles, de la sensibilisation et d'autres activités antidopage, dans des régions du monde sans programmes antidopage développés ou établis, en regroupant les ressources de plusieurs pays. L'objectif à long terme de l'AMA dans le cadre de ce projet de développement antidopage est que tous les pays du monde soient actifs dans la lutte contre le dopage d'ici 2010.