26 Avril 2019
Bookmark and Share

Déclaration de l’AMA sur le refus de Beckie Scott et Edwin Moses de participer à une enquête indépendante

L’Agence mondiale antidopage (AMA) est déçue de savoir que Beckie Scott et Edwin Moses ont refusé de collaborer à l’enquête indépendante au sujet des allégations de Mme Scott concernant l’inconduite de membres du Comité exécutif de l’Agence lors de sa réunion de septembre 2018.

Il est dommage que Mme Scott et M. Moses, qui continuent de présider, respectivement, le Comité des sportifs et le Comité Éducation de l’AMA, aient refusé de coopérer au processus qu’ils ont eux-mêmes déclenché.

Même si leur refus d’expliquer leur point de vue sur une question qu’ils ont soulevée est regrettable et inhabituel, l’AMA a continué à s’assurer de bonne foi que ces allégations font l’objet d’une enquête aussi minutieuse et équitable que possible, qui devrait prendre fin bientôt.

Contexte :

Quelques semaines après la réunion du Comité exécutif ayant eu lieu en septembre 2018, Mme Scott a écrit au président de l’AMA, Sir Craig Reedie, pour faire état d’allégations d’inconduite au sujet de deux membres du Comité. Dès le départ, l’AMA a pris les allégations au sérieux et engagé un cabinet canadien ayant de l’expérience dans les enquêtes sur les allégations d’intimidation en milieu de travail pour qu’il examine l’enregistrement et la transcription de la réunion. Le procès-verbal complet de la réunion du Comité exécutif de septembre 2018 est disponible sur le site Web de l’AMA.

Les conclusions de cet examen initial ont été présentées lors de la réunion suivante du Comité exécutif, en novembre 2018, et une discussion approfondie a eu lieu à ce moment-là. Même si ces premiers résultats n’ont pas mené à la conclusion qu’il y avait bien eu intimidation, le Comité exécutif a convenu qu’en raison de la gravité des allégations, une seconde étape d’examen devait avoir lieu pour permettre à toutes les personnes présentes à la réunion de septembre d’être entendues, afin que la question soit réglée de manière satisfaisante.

Après la décision du Comité exécutif prise en novembre 2018, Mme Scott et M. Moses, par l’entremise d’un avocat américain, se sont opposés au recours au même cabinet canadien pour la deuxième étape de l’enquête, au motif qu’il n’était pas assez indépendant. Leur cabinet d’avocats américain a également menacé d’intenter une action en justice contre l’AMA si les mêmes conseillers juridiques étaient mandatés de nouveau.

Étant donné ces circonstances, le cabinet d’avocats international Covington & Burling LLP a été engagé pour mener une enquête indépendante et soumettre un rapport au Comité exécutif au moment opportun. Le Comité exécutif a également accepté d’étendre le mandat de l’enquête pour y inclure des entrevues avec tous les témoins et examiner les comportements extérieurs à la réunion de septembre qui serait pertinents dans le contexte des allégations de Mme Scott et de M. Moses.

Covington & Burling LLP a été sélectionné en raison de la solidité de ses antécédents pour ce qui est de la minutie et du souci de l’équité dans ce type d’enquête. Ce cabinet a récemment participé à un certain nombre d’enquêtes très médiatisées, y compris dans des affaires impliquant Uber et le réseau de télévision américain CBS. Covington a exécuté ce mandat de façon confidentielle, indépendamment de l’AMA et de toute interférence extérieure. L’AMA n’a donné à Covington aucun ordre ni aucune orientation au sujet des personnes devant être – ou non – interrogées, des questions pouvant être – ou non – posées et des conclusions devant être tirées.   

Selon ce qu’en sait l’AMA, Covington est en train de terminer son travail et présentera son rapport au Comité exécutif lors de sa prochaine réunion, qui aura lieu le 15 mai à Montréal.