8 Novembre 2018
Bookmark and Share

L’AMA confirme la suspension partielle de six mois du laboratoire de Stockholm pour une méthode analytique spécifique

L’Agence mondiale antidopage (AMA) a confirmé la suspension partielle de l’accréditation du laboratoire de contrôle du dopage de l’hôpital universitaire de Karolinska (le laboratoire de Stockholm) pour la méthode analytique par chromatographie gazeuse – combustion – spectrométrie de masse des rapports isotopiques (CG-C-SMRI). La procédure disciplinaire a confirmé une non-conformité au Standard international pour les laboratoires (SIL) pour cette méthode particulière, ainsi que la suspension provisoire annoncée le 2 août 2018.

La suspension partielle restera en vigueur pour une période de six mois à compter de la date de notification initiale de la décision de suspension provisoire (1er août 2018), ou jusqu’à ce que le président du Comité exécutif de l’AMA décide de rétablir l’accréditation du laboratoire s’il a la preuve que les améliorations nécessaires ont été apportées en vue d’assurer la pleine conformité de la méthode.

L’accréditation du laboratoire de Stockholm avait été provisoirement suspendue en août dans l’attente de l’issue des procédures disciplinaires. Le laboratoire a maintenant 21 jours pour faire appel de cette décision devant le Tribunal arbitral du sport, s’il le souhaite.

Il est important de noter que, durant sa suspension partielle, le laboratoire de Stockholm pourra continuer de mener ses activités courantes de lutte contre le dopage conformément au SIL. Cependant, tous les échantillons de routine qui nécessitent une analyse par CG-C-SMRI doivent être transportés vers un autre laboratoire accrédité par l’AMA, selon une chaîne de possession démontrable. Cette mesure vise à assurer la qualité continue des analyses d’échantillons, ce qui contribue également à préserver la confiance des sportifs dans le processus et le système antidopage dans son ensemble.

Dans le cadre du SIL, l’AMA est responsable de l’accréditation et de la réaccréditation des laboratoires antidopage et doit donc s’assurer qu’ils respectent les normes de qualité les plus élevées. Ce processus de supervision est mené parallèlement à une évaluation conforme aux critères de l’Organisation internationale de normalisation (ISO) effectuée par des organismes d’accréditation nationaux indépendants qui sont membres en règle de la Coopération internationale d’accréditation des laboratoires (ILAC). Lorsqu’un laboratoire ne remplit pas les exigences du SIL, l’AMA peut suspendre son accréditation.