5 Décembre 2017
Bookmark and Share

Déclaration de l'AMA sur la décision du CIO concernant la Russie

L’Agence mondiale antidopage (AMA) appuie la décision prise aujourd’hui par le Comité international olympique (CIO), d’une part, de suspendre le Comité olympique russe avec effet immédiat et, d’autre part, d’inviter les sportifs russes à titre individuel aux Jeux olympiques d’hiver de PyeongChang 2018 sous réserve de certaines conditions déterminées par un comité. L’admissibilité des sportifs russes sera évaluée à l’entière discrétion du comité, qui sera présidé par Valérie Fourneyron, présidente de l’Autorité de contrôle indépendante, et comprendra des membres du groupe de travail antidopage pré-Jeux : un membre nommé par l’AMA, un membre nommé par l'unité « sport sans dopage » (DFSU) et un membre nommé par le CIO, le Dr Richard Budgett.

La décision du CIO est fondée sur les conclusions de la Commission Schmid du CIO, constituée en juillet 2016 pour faire la lumière sur la manipulation institutionnalisée des procédures de contrôle du dopage, qui avait été révélée par le professeur Richard McLaren dans la première partie du Rapport de l’enquête McLaren, ainsi que sur les conclusions de la Commission disciplinaire Oswald, mise sur pied au même moment dans le but de faire enquête sur les sportifs russes identifiés dans la deuxième partie du Rapport de l’enquête McLaren. Ces deux Commissions ont également pris en considération les nouveaux éléments d’information présentés dans un rapport intermédiaire du département Renseignements et enquêtes de l’AMA. Ce rapport confirmait que le fichier électronique acquis à la fin d’octobre par le département Renseignements et enquêtes est bel et bien une copie authentique de la base de données du Système de gestion de l’information des laboratoires (SGIL) du laboratoire de Moscou, contenant des données exactes sur les contrôles effectués de janvier 2012 à août 2015. L’AMA est satisfaite de constater que le travail et les conclusions de ses enquêtes Pound et McLaren ont été confirmés.

« L’AMA estime que le CIO a pris une décision éclairée en sanctionnant la Russie pour son implication dans la manipulation institutionnalisée des procédures de contrôle du dopage avant, pendant et après les Jeux olympiques de Sotchi 2014, déclare Sir Craig Reedie, président de l’AMA. De plus, l’Agence accueille favorablement la décision d’établir un comité chargé de déterminer les critères de participation des sportifs russes sous un drapeau neutre. Il faudra prouver que ces sportifs n’ont pas été impliqués dans la manipulation organisée et qu’ils ont été soumis à des contrôles sous la supervision du comité. Nous sommes impatients de travailler avec nos autres partenaires à cet égard. »

« Nous sommes d’avis que cette décision contribuera largement à protéger les intérêts des sportifs propres, affirme Linda Hofstad Helleland, vice-présidente de l’AMA. Elle va également dans le sens des attentes exprimées par les membres gouvernementaux du Conseil de fondation de l’AMA lors de la réunion de novembre de l’Agence. »

« L’AMA est satisfaite de la décision rendue aujourd’hui par le CIO, dit Olivier Niggli, directeur général de l’AMA, car c’est la voie à suivre en vue des Jeux de PyeongChang 2018. De plus, l’Agence est convaincue qu’elle sera mieux équipée, grâce à son nouveau Standard international pour la conformité au Code des signataires, pour gérer de telles situations de non-conformité à l’avenir. Ce standard, qui précise les sanctions adaptées, prévisibles et proportionnées qui peuvent être imposées en cas de non-conformité au Code, fait suite à l’appel lancé par des sportifs de partout dans le monde, qui souhaitaient que les signataires du Code soient tenus de respecter des exigences aussi strictes qu’eux-mêmes le sont en vertu du Code. »

Les 15 et 16 novembre 2017, respectivement, le Standard international pour la conformité au Code des signataires (SICCS) a été adopté par le Comité exécutif de l’AMA et certaines modifications au Code mondial antidopage (le « Code ») rendues nécessaires par le SICCS ont été approuvées par le Conseil de fondation de l’AMA. Le SICCS et les modifications apportées au Code, qui seront publiés sous peu et prendront effet le 1er avril 2018, officialisent les moyens que prend l’AMA pour aider les signataires à être conformes au Code, à le rester et, s’il y a lieu, à le redevenir. 

En ce qui concerne l’Agence antidopage de Russie (RUSADA), le 16 novembre 2017, le Conseil de l’AMA a maintenu son statut de non-conformité au Code jusqu’à ce que la Russie remplisse ses obligations en vertu de la Feuille de route vers la conformité au Code

Le Conseil de l’AMA a déclaré RUSADA non conforme en novembre 2015, à la suite de révélations sur le dopage généralisé dans le sport en Russie par la Commission indépendante Pound de l’AMA. Depuis, l’AMA et ses partenaires travaillent pour reconstruire un programme antidopage fiable et durable en Russie qui permette de protéger les sportifs propres à l’intérieur et à l’extérieur du pays.