3 Novembre 2017
Bookmark and Share

L’AMA suspend l’accréditation du laboratoire de Paris

L’Agence mondiale antidopage (AMA) a suspendu l’accréditation du laboratoire de l’Agence française de lutte contre le dopage situé à Châtenay-Malabry, en France (laboratoire de Paris) pour une période pouvant atteindre six mois. Cette suspension a été imposée à la suite de problèmes liés aux analyses dont le laboratoire a lui-même fait part à l’AMA et qui, le 24 septembre, ont entraîné sa suspension provisoire. Depuis le 24 septembre, des procédures disciplinaires ont été menées par un comité disciplinaire indépendant chargé de faire des recommandations au président du Comité exécutif de l’AMA sur le statut de l’accréditation du laboratoire par l’AMA, ce qui est maintenant fait.

En raison de cette suspension, qui est entrée en vigueur le 31 octobre 2017, le laboratoire de Paris ne peut mener aucune activité antidopage, y compris des analyses d’échantillons d’urine et de sang. Durant la période de suspension, les échantillons qui n’ont pas encore été analysés par le laboratoire de Paris, qui font actuellement l’objet d’une procédure de confirmation ou qui ont donné lieu à un signalement de résultats d’analyse anormaux doivent être transportés en toute sécurité vers un autre laboratoire accrédité par l’AMA. Cette mesure vise à garantir des analyses d’échantillons de qualité ce qui contribue également à préserver la confiance des sportifs dans le processus et le système antidopage dans son ensemble.

En vertu de l’article 13.7 du Code mondial antidopage, le laboratoire peut porter la décision en appel devant le Tribunal arbitral du sport (TAS) dans les 21 jours suivant la réception de la notification.

Pendant la suspension, le laboratoire doit remédier aux non-conformités relevées par le groupe d’experts Laboratoires ou l’AMA pour toute demande de mesures correctives et autres, ainsi qu’à toute non-conformité supplémentaire identifiée lors d’une visite de site de l’AMA durant la période de suspension. Si le laboratoire satisfait aux exigences du comité disciplinaire, il pourra demander que son accréditation soit rétablie avant la fin de la période de suspension de six mois. Si le laboratoire n’a pas remédié aux non-conformités à la fin de la période de suspension, l’AMA peut prolonger de six mois la suspension de son accréditation.

Selon le Standard international pour les laboratoires (SIL), l’AMA est responsable de l’accréditation et de la réaccréditation des laboratoires antidopage et doit donc s’assurer qu’ils respectent les normes de qualité les plus élevées en vigueur. Ce processus de surveillance est exécuté parallèlement à une évaluation de l’Organisation internationale de normalisation (ISO) par des organismes d’accréditation nationaux indépendants qui sont membres en règle de la Coopération internationale d’accréditation des laboratoires (ILAC).

– FIN –

CONTACT MÉDIAS

Maggie Durand, coordonnatrice, Relations médias et communication
Téléphone : + 1-514-904-8225
Courriel : media@wada-ama.org