2 Novembre 2017
Bookmark and Share

L’AMA accueille favorablement les premières sanctions de la Commission Oswald du CIO à l’encontre des athlètes russes identifiés dans le cadre de l’enquête McLaren de l’Agence

L’Agence mondiale antidopage (AMA) accueille favorablement le communiqué de presse émis hier par le Comité international olympique (CIO). Ce communiqué porte sur les deux premières décisions découlant des auditions de la commission Oswald qui ont lieu actuellement dans le cadre des analyses et enquêtes médicolégales concernant Sotchi 2014. En juillet 2016, le CIO a formé la Commission Oswald pour enquêter sur les violations des règles antidopage commises par certains athlètes russes qui avaient d’abord été identifiés dans le cadre de l’enquête indépendante McLaren menée par l’Agence.

« L’AMA se réjouit des décisions de la Commission Oswald, a déclaré Olivier Niggli, directeur général de l’AMA. En plus de valider les résultats du professeur McLaren, elles font savoir haut et clair aux sportifs et aux autres parties concernées qu’il est possible, même des années plus tard, de dévoiler des preuves et de sanctionner des sportifs ou d’autres personnes qui ont commis des violations des règles antidopage (VRAD) en vertu du Code mondial antidopage (le « Code »). »

« L’Agence s’attend à une issue rapide des 26 autres auditions de la Commission Oswald à l’encontre d’athlètes russes, a pour sa part affirmé Craig Reedie, président de l’AMA, de même qu’à un dénouement tout aussi rapide de la Commission Schmid sur les manipulations institutionnalisées des procédures de contrôle du dopage en Russie dévoilées par l’enquête McLaren. Nous sommes convaincus que, combinés, ces deux processus d’enquête joueront un rôle inestimable dans la protection du droit des sportifs à des compétitions propres. »

Depuis que le deuxième rapport de l’enquête indépendante McLaren a été publié en décembre 2016 (rapport qui a permis d’identifier les sportifs qui auraient tiré profit du système institutionnalisé de la Russie), l’AMA soutient et surveille autant que possible les fédérations internationales (FI) et les autres organisations touchées afin de les aider à déterminer si elles peuvent faire valoir que les athlètes concernés ont commis des violations des règles antidopage (VRAD).

En fait, depuis novembre 2015, l’AMA déploie beaucoup d’efforts pour reconstruire un programme antidopage crédible et durable en Russie qui permette de protéger les sportifs propres dans leur pays et à l’étranger. À cet égard, l’Agence demeure résolue à poursuivre la mise en œuvre de la Feuille de route vers la conformité au Code de l’Agence antidopage de Russie (RUSADA), qui précise les critères de rétablissement auxquels RUSADA doit satisfaire avant que le CRC indépendant de l’AMA recommande au Conseil de l’AMA de déclarer que RUSADA respecte de nouveau le Code. Le 24 octobre, le CRC s’est réuni pour discuter de la situation de RUSADA et, le 16 novembre, le Conseil de fondation de l’AMA entend discuter de la question à sa réunion de Séoul, en Corée. 

En novembre 2015, la Commission indépendante Pound de l’AMA a révélé au grand jour le dopage généralisé dans le sport en Russie, et le Conseil de fondation de l’AMA a notamment déclaré RUSADA non conforme au Code.

En mai 2016, l’AMA a lancé l’enquête indépendante McLaren. En juillet 2016, cette enquête a permis de dévoiler la manipulation institutionnalisée des procédures de contrôle du dopage en Russie et, en décembre 2016, d’identifier les athlètes qui en ont éventuellement tiré parti.

– FIN –

CONTACT MÉDIAS

Maggie Durand, coordonnatrice, Relations médias et communication
Téléphone : + 1-514-904-8225
Courriel : media@wada-ama.org